Que fait la police routière en cas d’accident ?

Marché sans  pour autant  être attentif pose de sérieux problèmes. Cependant, une jeune fille âgée d’une vingtaine d’années s’est fait ramasser par une camionnette de marque Frotton immatriculée  2154AB/01 appartenant à l’entreprise « PROTON ». Cet accident  de circulation s’est produit, hier mercredi 27 juin 2012 sur l’avenue du Port devant le bâtiment  abritant les bureaux  de l’entreprise « Proton » située en face de la Police de Circulation Routière (PCR) non loin du siège de la Société  Commerciale de  Poste et Télécommunication (SCPT ) ex – OCPT.
La jeune  fille était en compagnie de ses deux sœurs. Arrivées devant l’entrée  principale de ladite  entreprise « Proton », deux camionnettes se sont précipitées pour passer vite car il s’y trouvait une autre camionnette de la même entreprise stationnée. Cependant, l’une d’entre elle étant un tout petit peu distraite est restée devant la camionnette stationnée. Cet alors que le  chauffeur de la camionnette qui venait  par le Boulevard du 30 juin  faisait des manœuvres pour stationner a  cogné  la jeune fille contre le véhicule qui était sur place. Cette dernière est tombée sur la bordure.   
 
Etant donné que l’incident  s’est  produit devant  le siège de la Police de Circulation Routière (PCR) communément appelée  « Fourrière » soit  Lifelo par les chauffeurs  taximen kinois surtout ceux qui conduisent le véhicule de marque Mercedes  205 et 207 communément appelé « esprit de mort ». Cependant,  une multitude  d’agents de la  police routière sont arrivés  sur place.  Les cadres de l’entreprise  « Proton » ont décidé d’acheminer la victime à l’hôpital le plus vite possible afin de pouvoir se rendre compte sur l’état de santé de celle-ci. Et, ont suggéré que l’une d’entre- elle fasse le  suivi sur le plan judiciaire  et l’autre accompagne la victime à l’hôpital.  
 
Cette prise de décision a semblé être mauvaise pour la police. Après, une discussion d’une dizaine de minutes entre les deux camps et les témoins occulaires de l’événement, la victime et  le véhicule conduit par l’auteur de l’incident  ont  été ramenés à la  police. Dans l’entre-temps  la victime se plaignait  d’avoir  très mal. Faudrait-il privilégier la victime  ou  se focaliser sur les formalités du moment où la police maitrise la situation? ; Ou  saisir  le véhicule  qui peut transporter  la victime? ; Est-ce pour l’argent qu’il faudrait sacrifier les vies humaines ? ;  Alors si la personne mourrait par une hémorragie interne ?…
 
Dorcas NSOMUE 

Leave a Reply