Quatre préalables pour faciliter le rapatriement des Angolais

Renforcer la sensibilisation des anciens réfugiés angolais pour le rapatriement volontaire et l’intégration dans toutes les provinces concernées et particulièrement dans les localités rurales, alléger les conditions d’émission des sauf-conduits et renforcer les effectifs des équipes consulaires, faciliter l’obtention du visa des conjoints pour garantir le respect du principe de l’unité familiale durant l’opération de rapatriement et réaliser le rapatriement de 289 anciens réfugiés angolais candidats vivant à Kahemba au Bandundu avec comme destination finale l’Angola, etc. Telles sont les recommandations formulées lors de la 8eme réunion tripartite entre les délégations du gouvernement de la RDC, de la République d’Angola et du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR).

 Organisée du 24 au 26 novembre, au Grand-Hôtel Kinshasa, cette réunion d’experts avait pour but d’évaluer les résultats de l’opération de rapatriement volontaire et d’intégration locale des anciens réfugiés angolais qui vivent encore sur le territoire de la RDC. A l’issue des débats sur les différents sujets à l’ordre du jour, les parties ont choisi un chronogramme d’activités pour la poursuite de l’opération de rapatriement volontaire de ces anciens réfugiés vivant en RDC. EIles ont noté que sur un total de 37.625 anciens réfugiés angolais vivant encore en RDC, dont 11.048 au Bas-Congo, 2.725 à Kinshasa, 23.563 au Katanga et 289 au Bandundu, il n’y a que 9.783 qui sont retournés en Angola jusqu’au 19 novembre 2014. Soit une réalisation de 26%. Ce faible taux de réalisation est consécutif à plusieurs contraintes rencontrées pendant le rapatriement, notamment administratives liées aux ressources humaines, logistiques et climatiques, occasionnant la détérioration des infrastructures routières et ferroviaires. Les mêmes parties ont noté que les difficultés technologiques au Katanga ont rendu impossible la transmission à temps des pré-manifestes en faveur des candidats au rapatriement, ce qui a affecté la réception de quelques convois du côté de l’Angola. Les trois parties ont pris note de la remise de 12.000 cartes de séjour temporaire aux anciens réfugiés angolais candidats à l’intégration locale par le gouvernement de la RDC et salué les efforts consentis par le HCR dans la mobilisation des ressources, afin de parachever l’émission du reliquat des cartes de séjour temporaire des anciens réfugiés angolais candidats à l’intégration locale. Les parties ont convenu de terminer l’enregistrement des anciens réfugiés angolais dans la province du Katanga d’ici le 31 décembre 2014, en y mettant les moyens adéquats. Elles ont convenu de la poursuite du rapatriement de 27.842 anciens réfugiés angolais candidats au retour. Avant de promettre d’organiser  une prochaine réunion tripartite en Angola à la fin de l’opération de rapatriement. La date sera communiquée par la voie diplomatique.

Lors de la séance de clôture,  les parties ont procédé à la signature conjointe du rapport final de cette 8ème réunion tripartite. Il y a eu trois allocutions des gouvernements de la RDC, d’Angola et du HCR.

         Le gouvernement de la RDC a salué l’esprit de coopération et de solidarité dont ont fait preuve toutes les parties. Il a appelé toutes les parties au respect des engagements pris afin d’aboutir aux objectifs assignés, a martelé le ministre de l’Intérieur, Sécurité, Décentralisation et Affaires coutumières, Richard Muyej Mangez.

         A son tour, Mme Maria da Luz, Secrétaire d’Etat en charge de l’assistance et réinsertion sociale du gouvernement de la République d’Angola, a remercié les parties prenantes pour l’assistance apportée aux ressortissants angolais vivant encore en RDC.

         De son côté, le représentant régional en RDC pour le Haut Commissariat des Nations-Unies pour les réfugiés, Stefano Severe, a réaffirmé son engagement de poursuivre son assistance aux réfugiés angolais vivant en RDC.

Leave a Reply