Quarante policiers formés à la culture de la maintenance

Ouvert le mercredi 10 juillet 2013, le séminaire sur la culture de la maintenance a été clôturé le vendredi 12 juillet, à l’Invest Hôtel de la cité de la RTNC.

            Organisé par l’Unité de Gestion du Projet d’Appui à la Réforme de la Police (UGP PARP) de l’Union européenne à l’intention d’une quarantaine de policiers nationaux aussi bien du commandement que des services techniques de la ville de Kinshasa et des provinces, ce séminaire visait l’amélioration des conditions de travail des policiers.

            Quatre experts en maintenance du CAFAS-SPDE l’ont animé, sous la coordination du professeur Raoul Kienge Kienge, qui était le président du comité exécutif. Il s’agit des ingénieurs Hippolyte Muaka, Jean Kahasha, Médard Mwashi et Augustin Baba.

            Au total, six exposés ont été faits au cours des travaux, respectivement sur : « La culture de la maintenance dans la gouvernance de la PNC » par Raoul Kienge Kienge, « L’Aperçu sur le domaine immobilier affecté à la PNC » par l’ingénieur Gabriel Ngoy du SGEI, « La maintenance : aperçu, prise en compte et organisation dans une structure » par Hippolyte Muaka, « La vision que la PNC pourrait développer en matière de maintenance » par Jean Kahasha, « L’organisation de la maintenance au sein de la PNC » par Médard Mwashi, et enfin « Les stratégies pour la mise en œuvre de la maintenance au sein de la PNC » par Augustin Baba.

Comme de coutume, des recommandations ont été formulées à l’issue des travaux du séminaire. Elles portent notamment sur la vision en matière de maintenance au sein de la Police nationale congolaise, sur l’organisation de la maintenance, ainsi que sur les stratégies de mise en œuvre de la maintenance.

Au niveau de la vision en matière de maintenance, on recommande de :

- Sensibiliser et responsabiliser immédiatement le personnel policier à l’occasion des parades et des causeries morales dans les unités, et à l’aide des affiches et des instructions pour passer le message sur la culture de la maintenance ;

- Appliquer des sanctions positives et négatives pour faire prendre conscience et encourager le développement de la culture de la maintenance dans la PNC ;

- Former, éduquer, instruire en permanence lors des mini-parades, et généraliser la communication sur les affiches (autocollants de véhicules, infrastructures…) en langues locales ;

- Budgétiser la maintenance du patrimoine de la PNC ;

- Participer à la formulation de la demande d’appui auprès des partenaires pour prendre en compte la maintenance des équipements reçus ;

- Redynamiser, équiper et motiver le personnel d’entretien et de maintenance conformément aux dispositions statutaires (utiliser même les moyens locaux) ;

-           Accélérer le processus de la mise en œuvre de la réforme de la police.

Pour ce qui est du réemploi du patrimoine au sein de la Pnc, il est recommandé de mettre sur pied une bonne politique (procédure, réglementation) de réemploi du patrimoine, de sensibiliser et responsabiliser le personnel policier.

            Concernant l’organisation de la maintenance, on recommande de sensibiliser immédiatement et de manière permanente le personnel de maintenance, et organiser le service dans le respect des attributions de chacun suivant l’organigramme mis en place en vue d’assurer l’ordre et la propreté dans les infrastructures de la PNC.

            Et pour bien analyser des pannes et les problèmes liés aux infrastructures de la PNC, il faudra renforcer les capacités organisationnelles et rendre disponibles les plans de recollement des ouvrages réalisés.

Enfin, pour ce qui est des stratégies de mise en œuvre de la maintenance, les recommandations sont à plusieurs niveaux.

Ainsi, au niveau de l’identification du patrimoine, on recommande de :

- Installer un processus documenté dans l’acquisition et l’affectation du patrimoine ;

-           Mettre en place un système de communication entre le commissariat général et les commissariats provinciaux et/ou les formations nationales spécialisées ;

- Faire un inventaire global du patrimoine affecté à la PNC ;

- Constituer des bases des données spécifiques et les mettre à jour régulièrement ;

- Offrir l’application des opérations et clarifier les attributions ;

- Identifier tout élément du patrimoine à l’aide d’une flèche.

Au niveau de la planification des opérations de maintenance :

- Elaborer immédiatement et de manière permanente chaque jour, chaque semaine et chaque mois des plannings uniformes à tous échelons et assurer l’unicité de la coordination.

Au niveau du budget :

- Spécifier et clarifier des lignes budgétaires ;

- Elaborer des budgets de maintenance à tous les échelons sur la base des expressions de besoins ;

- Prendre en compte le coût de la maintenance pour les nouvelles acquisitions.

Enfin, au niveau de la mise en œuvre, on recommande de :

- Mettre en place un secrétariat technique et administratif de chaque direction et service ;

- Respecter immédiatement et de manière permanente les procédures ;

- Contrôler immédiatement et de manière permanente dans le respect des normes.

C’est le commissaire divisionnaire, le général Patrick Sabiti, représentant du commissaire général Charles Bisengimana, qui a procédé à la clôture du séminaire.

Après avoir exprimé sa gratitude envers les partenaires dont l’Union européenne, remercié le gouvernement pour les efforts qu’il ne cesse de déployer pour rendre la police professionnelle, il a déclaré : « sans bonne gestion et maintien des infrastructures, il n’y aura ni performance du commandement, ni crédibilité de la police ».

Dom

Leave a Reply