Province Orientale : Bukiringi, le camp des déplacés infiltré

«La Mission des Nations Unies pour la stabilisation du Congo ( Monusco) a fait part aux humanitaires du souhait des Forces armées de la RDC( FARDC) de voir les humanitaires délocaliser les personnes déplacées se trouvant à proximité du camp militaire de Bukiringi, 58 km au sud-ouest de Bunia » Cette information livrée, hier mercredi 8 décembre 2010 par le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations Unies en RDC( Ocha/RDC), précise que c’est à cause des soupçons de la présence des miliciens parmi les personnes déplacées, pressentis par le Commandant de la zone opérationnelle des FARDC.

            Concernant justement ces déplacés, Ocha rapporte qu’il s’agit de ceux sortis depuis le mois de juillet de la forêt de Mokato Ngazi, grâce à un corridor humanitaire mis en place par les FARDC. Cette forêt est actuellement occupée par des miliciens traqués par l’armée nationale.

            Toujours dans cette province, dans le territoire de Bafwasende, district de la Tshopo, les humanitaires ont recensé près de 16.000 personnes retournées, depuis 2008, et près de 1.000 ménages déplacés présents à Opienge. Cependant, déplore-t-on, ces personnes n’ont reçu que très peu d’assistance humanitaire. Une mission conjointe est prévue dans les tout prochains jours pour y évaluer la situation humanitaire. D’ores et déjà, Ocha informe que le Bureau des affaires humanitaires de la Commission européenne(ECHO) va financer la réhabilitation de la piste d’aviation de Duru, dans le district du Haut-Uélé. Cette réhabilitation, croit-on, pourra améliorer l’accès humanitaire aux personnes vulnérables car des sources renseignent des personnes déplacées dans la zone.           

L’opération « Rudia Umbrella » lancée 

            Conduite par le bataillon marocain et les Forces spéciales guatémaltèques de la Force de la Monusco, une nouvelle opération dite « Rudia Umbrella » est lancée depuis le mardi 30 novembre dernier. D’après le porte-parole militaire de la Monusco, le lieutenant-colonel Mamadou Gaye, elle va se poursuivre jusqu’au 13 janvier en 4 phases dans la région de Niangara, Ngilima, Bangadi, Nambia, Duru et Bitima. A l’en croire, c’est dans le but d’assurer une meilleure protection des populations que ces activités de patrouille ont été intensifiées dans les zones sensibles ainsi que la présence dans les écoles et églises. Parallèlement à ces opérations, notamment dans les zones de Kpele et Kana, la Monusco administre des soins médicaux aux populations locales.

            Somme toute, l’objectif de cette opération majeure est de rassurer les populations locales et d’interdire toute velléité d’exactions sur les civils par la LRA durant la période festive de fin d’année durant laquelle on a pu constater précédemment une recrudescence de la violence dans le Haut-Uélé.

Tshieke Bukasa 

Leave a Reply