Province du Sud-Kivu : le Chef de bureau de liaison de l’INPP-Uvira suspendu pour mauvaise gestion

L’Administrateur directeur général de l’Institut national de préparation professionnelle (INPP), Maurice Tshikuya Kayembe, vient de suspendre de ses fonctions le Chef de bureau de liaison d’Uvira, de la direction provinciale du Sud-Kivu. Selon des sources proches de la direction générale de cette institution publique, il est retenu à charge de ce haut cadre de l’INPP « la mauvaise gestion et le non-respect des instructions de la hiérarchie ». Des actes qui contrarient avec la culture de l’excellence et de l’innovation prônée par la hiérarchie de cet établissement public et qui avait valu le trophée international à l’INPP. Surtout que l’INPP est à l’heure du nouveau système comptable de l’Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires (OHADA).

En clair, il est inadmissible que le personnel de l’INPP-Uvira puisse totaliser trois mois d’arriérés de salaires, alors que ce bureau de liaison produit des recettes deux fois supérieures à l’enveloppe salariale mensuelle. Concrètement, ce bureau de liaison produit 13 millions de Francs Congolais pour une masse salariale  de 5 millions de Francs congolais.

Exaspérés par le nombre en perpétuelle croissance des mois d’arriérés et surtout l’insouciance du Chef de cette entité provinciale, les enfants des agents et cadres de l’INPP-Uvira ont organisé en vain un sit-in, afin de ramener ce Chef de bureau de liaison à la raison et le pousser à payer ses collaborateurs.

Mis au parfum de cette irrégularité qui risquait bie de créer une explosion sociale aux conséquences incalculables, et surtout pour son honneur et son image de marque, l’Adg Maurice Tshikuya Kayembe a dépêché en urgence une délégation à Uvira. Avec un mois des salaires dans ses bagages, celle-ci avait pour mission principale de rétablir la paix sociale au sein de la direction provinciale de cet établissement public. Ensuite, diligenter une enquête afin de tirer au clair cette situation malheureuse qui risque de porter un coup fatal à la réputation de cette institution publique.

Sous la supervision de la direction provinciale de l’INPP-Bukavu, l’INPP-Uvira organise des filières de Bureautique, de Coupe et Couture, de Logistique, de Mécanique et de Conduite automobile … Il y a lieu de fustiger le silence coupable frisant la complicité de cette direction provinciale, face à la clochardisation du personnel de l’INPP-Uvira.

Aux dernières nouvelles, l’on apprend qu’un audit est diligenté pour faire toute la lumière sur cette gestion calamiteuse de ce bureau de liaison d’Uvira, afin d’établir les responsabilités. L’époque de l’impunité et des intouchables est révolue.

Michel  LUKA

Leave a Reply