Province de l’Equateur : la Société civile sollicite l’accroissement de l’appui de l’U.E.

La Société civile de la Province de l’Equateur a exprimé son inquiétude sur l’amenuisement de l’enveloppe que l’Union européenne (U.E.) affecte à la Société congolaise et sur l’incertitude qui plane sur l’avenir du ‘Projet d’Appui au Renforcement des Acteurs Non Etatiques’ (Projet ANE). Ce projet, selon la Société civile de l’Equateur, a toujours répondu dans les limites de ses moyens, aux besoins immédiats des Acteurs Non Etatiques. En outre, elle demande à la délégation de l’Union européenne d’obtenir de Bruxelles l’accroissement de l’enveloppe affectée à la Société civile ainsi que le renouvellement du mandat et l’augmentation sensible du budget du «Projet ANE».

          Ces préoccupations des acteurs sont contenues dans une « Déclaration de la Société civile à l’occasion de la clôture de l’atelier de réflexion sur la participation de la société civile et la prise en compte des ses préoccupations dans l’élaboration de l’édit appelé à régir les Asbl et les Etablissement d’utilité publique (EUP) dans la province de l’Equateur » remise à notre rédaction hier mardi 28 décembre 2010 par les délégués des participants. En effet, ce document signale que la Coordination provinciale de la Société civile de l’Equateur, avec l’appui financier conjoint de l’U.E. et du gouvernement congolais, à travers le Projet Ane, a organisé cette activité sur place, du 21 au 22 décembre 2010. Cet atelier répondait, selon la déclaration, aux besoins grandissants de la population en aide au développement et en assistance humanitaire, ainsi qu’à la détermination de la Société civile à assurer pleinement ses responsabilités dans la recherche, avec le gouvernement, des solutions aux préoccupations de la population.

Ouverture d’esprit et dialogue nécessaires à l’approche de la période électorale

          Quelques participants contactés par notre rédaction ont jugé indispensable de telles rencontres qui mettent ensemble la société civile et le gouvernement provincial pour échanger ; surtout à l’approche des échéances de 2011, qui vont plonger le pays dans la fièvre électorale. Sur cette question, ils ont félicité dans leur déclaration cette ouverture d’esprit manifesté par le gouvernement provincial – particulièrement à travers la contribution active du ministère provincial ayant le Plan dans ses attributions – en acceptant la participation de la société civile dans l’élaboration du projet définitif d’édit appelé à régir les Asbl et les EUP dans la province.
          Selon les acteurs de la société civile de l’Equateur, une telle collaboration concoure à la meilleure prise en compte des préoccupations de la population, à l’efficacité et à l’accroissement de l’aide ; à la promotion des libertés individuelles et associatives et à garantir le respect de l’autorité de l’Etat.

SAKAZ

 

Leave a Reply