Programme d’Appui à la Gouvernance : des matériels de traçabilité au ministère des Mines

46 appareils photos numériques, 16 boussoles, 10 kits de détermination de diamants et 44 GPS : tels sont les matériels réceptionnés hier mardi 21 décembre par le ministère des Mines de la part du Programme d’Appui à la Gouvernance (PAG), projet de l’Union européenne géré par le Fonds européen de développement(FED). A en croire Jean-Pierre Tutuseau, expert international et responsable du volet Ressources naturelles au PAG, ces équipements sont destinés à la traçabilité des équipes sur le terrain. En clair, ils seront remis aux équipes du Centre d’expertise, d’évaluation et de certification des pierres précieuses (CEEC) et du Service d’encadrement des exploitants miniers artisanaux ( SAESSCAM) destinées à se rendre sur terrain à Goma, Bukavu, Mbuji Mayi, Kisangani.

 

 En effet, a expliqué l’expert, les Global Position system(GPS) et boussoles serviront à se repérer mais surtout à pointer sur cartes la position des sites d’exploitation artisanale, sites légaux et illégaux et les points de contrôle des stocks de minerais qui circulent dans le pays. Sans ce minimum d’équipements, a juré Tutuseau, le suivi des artisans et des négociants est illusoire. Néanmoins, il faudrait noter que ces matériels n’ont pas été présentés à l’assistance. D’après Jean-Pierre Tutuseau, ils seraient pris dans la tempête de neige en Europe et se seront égarés entre deux retards de vol, mais devront être à Kinshasa, par l’aéroport de N’Djili depuis hier mardi.
 Quant aux kits de détermination de diamants, ils devront permettre aux techniciens du SAESSCAM de reconnaitre les pierres sur les sites d’exploitation, et d’éviter le premier niveau d’indétermination, source de conflits entre creuseurs et négociants. Outil de travail que devrait avoir tout agent du SAESSCAM qui se rend dans les zones d’exploitation de pierres précieuses, le nombre de ces kits offert est malheureusement dérisoire. Néanmoins, il a indiqué espérer que dans un proche avenir, tous les agents concernés disposeront de cet outil. D’ores et déjà, il a demandé aux agents du ministère des Mines de faire meilleur usage de ces équipements dans le seul but de l’amélioration de leur travail sur terrain.
 Pour sa part, le directeur de cabinet du ministre des Mines a reconnu que ces équipements doivent servir à améliorer le contrôle, accroitre les statistiques de production et de commercialisation, et par conséquent améliorer les recettes fiscales en provenance du secteur minier. Prenant ainsi l’engagement de prendre grand soin de ces matériels, il a aussi juré qu’ils seront affectés là où il faut et seront traités à bon escient.

     Tshieke Bukasa  

Leave a Reply