Processus électoral : le CNONGD s’oppose à la modification de la Constitution

cnongdL’actualité politique reste dominée par le débat sur la révision ou non de certains articles de la Constitution. Si les membres de la Majorité Présidentielle estiment que la Constitution actuelle doit être revisitée parce que rédigée par les belligérants, les opposants, eux, soupçonnent les «kabilistes» de vouloir réviser l’article 220 afin de permettre à Joseph Kabila de briguer un troisième mandat.

            Lors d’une matinée politique animée le 28 juillet à Kinshasa, Evariste Boshab, le Secrétaire général du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD), a dit haut et fort que son parti est favorable à la révision de la Constitution en vigueur en RDC.

            Réagissant à cette prise de position, le Conseil National des ONG de Développement (CNONGD), une plate-forme regroupant plus de 500 ONGD disséminées à travers la RDC, par le biais de Félicien Mbikayi, son Secrétaire général, estime que le débat sur la Constitution est une distraction. «La RDC a des problèmes sérieux qui restent irrésolus, notamment la protection des Congolais de l’étranger, avec le cas des expulsions de nos compatriotes du Congo-Brazzaville ou de l’Angola; la détérioration dramatique des conditions de vie des millions des Congolais avec un taux de pauvreté toujours croissant».

            Pour lui, «la révision envisagée risque de marquer une rupture brutale du contrat social entre le peuple et ses élus». «Quel est, aujourd’hui, l’événement majeur dans la survie de notre Etat ou dans l’amélioration des conditions de vie des populations ou encore dans le contexte qui est le nôtre qui peut conduire à cette rupture ? Quel est cet article qui nécessite la révision pour arriver à améliorer les conditions de vie de la population ?», s’interroge-t-on au CNONGD.

            Au niveau de la plate-forme, on affirme que ceux qui se battent pour la révision ne meurent pas le danger qu’ils font courir au pays. «Qui portera la responsabilité si jamais cette opération plonge la RDC dans un chaos ?», se demande-t-on au CNONGD.

Et la solution ?

            Plate-forme qui a une assise réelle sur terrain, le CNONGD, indique son Secrétaire général, doit agir comme catalyseur pour faire entendre la voix des populations qu’il accompagne. Quant au débat sur la Constitution, Félicien Mbikayi souligne que sa structure ne demande pas autre chose que l’application de l’actuelle Constitution. Car, conclut-il, rien ne justifie la modification de la Loi fondamentale en vigueur dans notre pays.

            Il y a lieu de rappeler que dans une déclaration rendue publique le mois passé, le CNONGD s’opposait à la révision de la Constitution, notamment à l’article 220.

Kimp

Leave a Reply