Président de l’AVG : Pius Isoyongo aux jeunes : « Résistez à la corruption ! »

Après sa rencontre avec les mamans il y a deux semaines, le sénateur Pius Isoyongo Lofete, président de l’Alliance pour la Gouvernance des Valeurs(AGV), a entretenu un grand auditoire des jeunes, le samedi 19 février 2011, au siège du  parti, situé dans la commune de Kasa-Vubu. Objectif du meeting: conscientiser politiquement cette tranche d’âge pour qu’à son tour, elle conscientise les autres; la réarmer moralement et idéologiquement pour qu’elle connaisse et intériorise sa vision politique.
En effet, conscient du rôle prépondérant que joue la jeunesse dans le développement d’un pays, le sénateur a tenu d’entrée de jeu à expliquer aux jeunes les motivations de la création d’un nouveau parti politique dans un environnement presque saturé. « Nous, nous venons en appuyant sur deux idées : les valeurs morales contre les antivaleurs (vol, corruption, fainéantise etc.) et l’intérêt général qui n’est pas du tout en contradiction avec celui particulier… » a-t-il clamé.

 

    Etant donné que ce parti a pour principe « Unis pour servir différemment », Isoyongo a insisté pour que sa jeunesse soit différente des autres. Elle doit être réfléchie (calme, avoir une grandeur d’esprit et une tête bien faite), responsable (être bien éduqué, électeur, savoir le rôle à jouer pour le développement du pays)  et patriote. «Pourquoi la jeunesse?», s’est-il interrogé. En guise de réponse, Pius Isoyongo a révélé que l’AGV veut démontrer à la jeunesse que si elle n’est pas rigoureuse, exigeante, ambitieuse, le pays ne pourra pas se développer. D’où sa démarche de conscientisation politique pour qu’elle serve de baromètre pour le développement. «Nous voulons conscientiser politiquement notre jeunesse sur base des valeurs et de la vision du parti. Nous voulons qu’elle se lève en vue de donner des réponses aux différentes interrogations. Ceci lui permettra de les transmettre et conscientiser aussi les autres», a fait savoir le président de l’AGV. Puis d’ajouter que l’AGV a besoin d’une jeunesse consciente, déterminée, ambitieuse, qui peut se lever comme un seul homme, capable de faire la différence en vue d’apporter le changement tant attendu. Avoir une conscience politique et l’intérioriser, s’organiser, être solidaire, se soutenir mutuellement, sont autant de recommandations formulées par le président de l’AGV.

    Comme tout parti politique, l’AGV ambitionne de participer aux futures échéances électorales et de les remporter en vue de mettre en place une gouvernance qui repose sur le respect des valeurs. Pour y parvenir, il a précisé qu’elle a trois atouts: les idées, l’organisation et les actions.

    Concernant les idées,  Isoyongo a noté qu’il faut combattre les antivaleurs dans la gestion de l’Etat et privilégier l’intérêt général au détriment de l’intérêt personnel. Pour ce qui est de l’organisation, il a plaidé pour le rassemblement des ceux qui pensent que les antivaleurs sont à la base du déclin social de la RD-Congo. S ’agissant de l’action, il faut conscientiser la population sur la primauté des valeurs dans la gestion du pays.

    Il faudrait noter qu’en attendant la sortie officielle, prévue provisoirement le 5 mars prochain, l’AGV a déjà mené quelques actions de conscientisation à court terme dont les rencontres avec le genre du parti, et tant d’autres. D’où l’appel du président de veiller à ce que ces groupes puissent se structurer au niveau territorial, interfédéral, des cellules et des factions dans le but de voir comment ses candidats vont s’y présenter. Quant à la question relative à l’appartenance à une coalition politique quelconque, le président de l’AGV a insisté sur le fait que ce parti est neutre d’autant plus qu’il n’a pas participé aux élections de 2006. «La politique étant naturellement un jeu de groupe, le  moment venu, nous verrons avec qui on peut aller. Pour le moment, cette question n’est pas encore d’actualité», a-t-il conclu.

    Pour l’heure, sa mission est claire : s’installer, s’implanter, recruter les membres et enfin leur transmettre sa vraie idéologie.

Tshieke Bukasa

 

Leave a Reply