Préfiguration de l’Etat de droit en RDC : pour une police apolitique, civile, républicaine et professionnelle

Le travail titanesque de conceptualisation abattu par le Comité de Suivi de la Réforme de la Police (CSRP) depuis la création de cette structure, sous la direction du général Michel Elesse Yombentole, a été soumis et adopté dans sa globalité à l’atelier d’homogénéisation organisé la semaine dernière à l’Hôtel Invest. Pendant trois jours, les experts ont pu harmoniser tous les documents, en vue de leur appropriation par les différentes cellules de mise en œuvre au sein du commissariat général de la police. Ce travail de haute facture, comme nous avons eu à le constater, a été apprécié une fois de plus, par les partenaires tant nationaux qu’internationaux, dont la Mission Eupol RD Congo, la police civile de la Monusco et le commissariat général de la PNC (Police Nationale Congolaise).
 Cette appréciation générale doit certainement rassurer les populations congolaises en tant que futures bénéficiaires des services de la police, mais aussi réconforter les responsables politiques dans leur choix des animateurs du CSRP. Et c’est aussi une preuve palpable de la valeur de l’expertise nationale qui repose sur une grande expérience. On ne peut que se féliciter de la maîtrise de la plupart des questions liées à la conceptualisation de l’architecture et de l’organisation de la future police nationale qu’on reconnait au général Michel Elesse Yombentole, le chef d’orchestre du secrétariat exécutif du CSRP (Comité de Suivi de la Réforme de la Police).    
 
Tous les documents de travail produits par le CSRP reflètent en effet,  une volonté manifeste de faire accélérer le processus de mise en œuvre de la réforme de la police afin de répondre au vœu du chef de l’Etat de voir la PNC devenir un service de police apolitique, civile, républicaine et professionnelle. Si mardi dernier, c’était le Ministre de l’Intérieur qui a exprimé ses félicitations au CSRP, suivi des partenaires internationaux et du représentant de la société civile, jeudi dernier, ce fut le tour du vice-Ministre de la Décentralisation et des Affaires coutumières, Egide Ngokoso, de livrer son appréciation sur le travail réalisé par le général Michel Elesse et l’équipe d’experts nationaux et internationaux mise à sa disposition.
Le vice-Ministre de la Décentralisation et Affaires coutumières qui a ouvert les travaux de l’atelier, a réaffirmé l’engagement du ministre de l’Intérieur à signer les arrêtés ministériels peuvent accélérer le processus de la mise en œuvre de la réforme. Il a demandé au CSRP de transférer lors de cet atelier, les livrables conceptualisés pour leur appropriation par les cellules de mise en œuvre de la réforme, et au commissariat général de disposer d’une stratégie opérationnelle et réaliste, secteur par secteur, afin de relever les défis immenses de la réforme.
Dans son mot de bienvenue, le secrétaire exécutif du CSRP a reconnu que la mise en œuvre de la réforme fait apparaître de nouveaux besoins en matière de conceptualisation et s’est dit déterminé à produire tous les documents en rapport avec le cadre légal et réglementaire. Sa structure a produit des projets de loi et divers documents dont la plupart ont été votées et promulguées pour le cadre légal, et validés pour les livrables.
 
Cet atelier marque une étape importante dans la mise en œuvre de la réforme qui passe aussi par le développement de l’école de formation, le programme de lutte contre les violences sexuelles basées sur le genre et la protection de l’enfant. Après avoir remercié le commissariat général pour son engagement et sa collaboration, le Secrétaire Exécutif du CSRP  a assuré que sa structure fera tout pour que le processus de la mise en œuvre de la réforme puisse connaître une réussite totale.
Le chef de mission Eupol en RDC a souligné le soutien de l’U.E. à la PNC, par le biais de ses missions qui se sont succédées en RDC. Ce soutien se focalise sur plusieurs domaines. 
 
L’objectif de cet atelier, a-t-il indiqué, est de doter le commissariat général de tous les outils nécessaires pour la réalisation de la réforme de la police. Il s’agit ici de transférer ces outils conceptualisés par les experts du CSRP vers les cellules de mise en œuvre de la réforme au sein du commissariat général, pour leur appropriation.
Ces experts, ensemble avec ceux d’autres partenaires de la réforme, accompagneront dans un esprit de collaboration et de travail en équipe, leurs collègues congolais, dans cette étape indispensable que constitue le travail de conception de la réforme. Avec d’autres partenaires nationaux et internationaux, la mission Eupol RD Congo participe à la mise en place du dispositif d’appropriation et de mise en œuvre de la réforme.  Aujourd’hui, elle se focalise sur le renforcement des capacités opérationnelles des policiers, pour la professionnalisation des services de la police et enfin, pour le changement des mentalités  qui doit inévitablement accompagner tout processus de réforme. 
 
Ainsi, il a insisté pour qu’une stratégie opérationnelle de mise en œuvre soit ensuite élaborée par la PNC avec l’appui du CSRP et des partenaires internationaux.
Le commissaire divisionnaire Jean-Paul Rikir reste convaincu que l’atelier d’homogénéisation marque une nouvelle étape cruciale dans le processus de conception et de mise en œuvre de la réforme de la police.
Le commissaire général de la police a pour sa part, félicité les partenaires extérieurs pour leur soutien à la réforme de la PNC. Cet atelier qui, pour lui, consacre l’appropriation par la PNC, des travaux produits par le CSRP, cadre avec la stratégie de mise en œuvre de la réforme de la police. Il permettra que les participants puissent parler le même langage et avoir la même compréhension pour le développement des stratégies.
Avec le plan prévisionnel élaboré, il attend des participants l’appropriation des outils produits par le CSRP et l’initiation à la mise en œuvre de la réforme.
Des échos favorables qui nous sont parvenus indiquent que la plupart des livrables produits par le Comité de Suivi de la Réforme de la police, ont été approuvés dans l’ensemble, à part les quelques documents qui ont subi quelques amendements répondant au vœu des responsables de cellules de mise en exécution disséminées au sein du Commissariat Général.
 
                                J.R.T.

Leave a Reply