Porté disparu depuis le 1er juin 2010 : Bazana, le même sort que Lumumba

Le 17 janvier 2011, le peuple congolais va célébrer le « cinquantenaire » d’un de ses héros nationaux, le regretté Patrice-Emery Lumumba. Près de 50 ans après sa mort, le tout premier Premier ministre du tout premier gouvernement congolais reste sans sépulture. Raison : son cadavre n’a jamais été retrouvé. A en croire le témoignage d’un des citoyens belges ayant assisté à son exécution dans la brousse située à côté de l’aéroport de Loano, à Lubumbashi, son cadavre se serait désintégré dans un bain d’acide sulfurique.
50 ans après, une autre affaire d’assassinat continue de défrayer la chronique non seulement en République Démocratique du Congo mais aussi dans plusieurs capitales africaines et occidentales. Il s’agit de celle de Floribert Chebeya, Directeur exécutif de l’ ONG La Voix des Sans Voix, doublée de la disparition de son chauffeur, Fidèle Bazana. Compagnon d’infortune de son patron, le dernier cité n’a toujours pas donné signe de vie, cinq mois après sa disparition.

    Son épouse, ses enfants, ses parents, frères et sœurs ainsi que son organisation, la VSV, ne cessent de réclamer aux instances judiciaires congolaises, la restitution du corps de cet autre activiste des droits de l’homme, mort ou vivant. Jusqu’ici, l’une des rares réponses donnée à ses proches, provenait d’un officier supérieur de la police, qui avait soutenu, que Fidèle Bazana était vivant et en cavale. Il avait même invité le fugitif à cesser de se cacher et à se présenter auprès des enquêteurs de la police et du parquet pour élucider le mystère de la mort de Floribert Chebeya.
    Mais plus les jours, les semaines et les mois s’égrainent, l’espoir de retrouver Bazana vivant ne fait que s’effriter. Il est difficile de croire que le disparu ait choisi de se cacher, pour une durée indéterminée, dans l’intention de se soustraire à la justice. Logiquement, le chauffeur de Chebeya n’aurait aucun intérêt à aggraver le flou autour de l’assassinat de son patron, pour avoir été le dernier témoin à l’avoir conduit, vivant, le mardi 1er juin 2010, à son rendez-vous avec le général John Numbi, dans les locaux de l’Inspection Générale de la Police Nationale Congolaise.
    Au cas où Bazana serait encore en vie, on se demande ce qui l’empêcherait de se manifester et de se présenter à la Cour Militaire de Gombe pour relater, dans les détails, les derniers instants de la marche de Chebeya sur la route de la mort ainsi que les circonstances dans lesquelles la voiture du défunt, dont il tenait le volant, lui avait échappé pour se retrouver du côté de Mbenseke, dans la commune de Mont-Ngafula, à l’extrémité Ouest de la ville de Kinshasa, à plus de 30 kilomètres du siège de l’Inspection Générale de la Police Nationale, dans la commune de la Gombe.
    La thèse qui semble de plus en plus emporter les convictions, depuis l’enterrement de Floribert Chebeya, le samedi 26 juin 2010 au Cimetière de Mbenseke Futi, est que le corps de Fidèle Bazana risque de ne plus jamais être retrouvé. A l’image du cadavre de Lumumba, celui du chauffeur de Chebeya doit avoir subi un sort que personne n’ose imaginer. Aurait-il été également plongé dans l’acide sulfurique, brûlé vif, jeté dans le fleuve Congo, livré à des animaux carnassiers, enfoui loin sous terre ? Mystère ! Faudra-t-il attendre plus de 50 ans pour voir les langues se délier ?

    Le procès des assassins présumés de Chebeya, qui se déroule dans une ambiance délétère causée par l’absence du suspect numéro un, à savoir le général John Numbi, laquelle a énervé la famille Bazana, au point qu’elle vient de se retirer comme partie civile, va-t-il expliquer l’énigme de la disparition de ce chauffeur et activiste des droits de l’homme ?                Jacques Kimpozo

Normal 0 21 false false false MicrosoftInternetExplorer4 st1:*{behavior:url(#ieooui) } /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name: »Tableau Normal »; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-parent: » »; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family: »Times New Roman »; mso-ansi-language:#0400; mso-fareast-language:#0400; mso-bidi-language:#0400;}

Leave a Reply