Pollution : la RDC sous haute surveillance

Kinshasa-81La République Démocratique du Congo est propriétaire d’une grande forêt capable de réduire les émissions de gaz à effet de serre (ges). Cependant, elle n’arrive pas à gérer les gaz produits ni par elle-même, ni par d’autres Etats. A cet effet, Thomas Peterson, expert américain, a été recruté pour étudier ensemble avec les experts nationaux les politiques à appliquer sur le plan national, pour atténuer les gaz et booster le pays au développement, facteur générateur d’emploi et des ressources financières.

C’est au cours de l’atelier préparatoire du lancement de la stratégie de développement sobre en carbone et croissance verte organisés par le projet Nama que l’expert a fait la restitution de sa visite de dix jours en RDC. Cet atelier a eu lieu le lundi 23 juin 2014 dans la salle Arche de la Clinique Ngaliema.

Dans son mot d’ouverture, Benjamin Toirambe, directeur du département durable a souligné qu’en se basant sur une politique conventionnelle dépendant des énergies fossiles, la RDC peut amorcer une transition vers une économie émergente. Selon lui, la RDC doit militer pour éviter la perte des capacités de séquestration de la 2ième plus grande forêt du monde.

Notons que cet atelier a été organisé dans le cadre des Mesures Nationales Appropriées d’Atténuation (processus Nama) qui est un programme du département de développement durable du ministère de l’Environnement, Conservation de la Nature et Tourisme.

Cette visite avait pour objectif  d’aider le pays à préparer le lancement de la stratégie de développement sobre en carbone et croissance verte, convaincre les décideurs politiques et législateurs sur les avantages du développement à faible émission tout en assurant une croissance économique rapide et durable pour que le pays devienne une économie émergente, mettre en place un processus participatif pour que les ministères sectoriels  et le secteur privé participent au développement à faible émissions, encourager l’adoption des politiques favorables à croissance verte où seront surmontés les obstacles en capacités techniques, technologiques et financières qui entravent les investissements climatiques innovants des secteurs publics et privés, etc.

Pour le Dr Trinto Mugangu, coordonnateur du projet Nama, le pays a besoin des politiques nationales assez efficaces et la mobilisation des parties prenantes.

Devoir de la RDC

 Dans son intervention, l’expert a fait un résumé clair des secteurs impliqués, tels que: mine, transport, agriculture, etc. Quant à la mise en œuvre de la stratégie de développement sobre en carbone et la croissance verte en RDC, il faudra :

- assurer un leadership politique de haut niveau en RDC à travers l’autodétermination;

- créer un processus qui s’appuie sur les mesures existantes ;

- faire la formation ciblée et programmes d’échanges en matière de développement sobre en carbone et croissance verte ;

- faire des évaluations de référence et un catalogue d’options politiques possibles.

L’orateur a proposé la mise en place d’un programme de sensibilisation  et de prise de conscience  sur la pollution environnementale à la population dans les langues nationales afin d’atteindre toutes les couches sociales.

Dorcas NSOMUE

Leave a Reply