Passation des marchés publics en Rd Congo : les acteurs de la société civile à l’école

Jonas-TshiombelaComprendre les méandres de la passation des marchés publics,  c’est le thème des travaux  qui se tient depuis lundi 7 avril au centre protestant  dans la commune de Kintambo, en faveur d’une quarantaine d’acteurs de la société civile. Notamment en vulgarisant la nouvelle loi  n°10/010 promulguée le 27 avril 2010  relative aux marchés publics.  Ce secteur de la vie nationale qui engloutit à lui seul  près de quatre-vingt pourcent du budget national.

 Organisé pendant cinq jours par  le Bureau de formation et recherches pour un développement intégral, Bufordi, avec le soutien d’Osisa, cet atelier va permettre entre autres aux acteurs de la société civile de pénétrer le monde des marchés publics dont les contours paraissent souvent opaques aux yeux  du grand public.

Parmi    les personnes ressources pour il y a notamment l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp) qui a reçu de la part du gouvernement congolais la mission d’assurer la régulation du système de passation des marchés publics et convention de délégation des services.  Mais aussi l’information et la formation de l’ensemble des acteurs de la commande publique et ceux du secteur privé, dont la société civile.

Nick Elebe, Directeur pays d’Open Society Intiative for Southern Africa (Osisa) a salué cette initiative qui vise à bien  renforcer  les capacités des  acteurs de la société qui doivent désormais  avoir droit au chapitre afin de comprendre  comment le budget de l’Etat est consommé. Il a par ailleurs déploré l’absence  des médias et des  journalistes à ces travaux, pourtant  un maillon important dans la chaîne de transparence.

Justifiant les raisons de l’organisation de  cette session, le Coordonnateur de Bufordi   a relevé le fait que, malgré l’existence de la nouvelle loi depuis quatre ans et la campagne pour la vulgariser, la majorité des acteurs de la société civile confondent les rôles dévolus aux organes du système de passation des marchés publics. De nombreux acteurs de la société civile confondent les rôles et la place des organes dans le système de passation des marchés publics l’Armp entretient un site internet où sont postées toutes les informations y afférentes. La majorité de acteurs de la société civile ne le consultent pas, a-t-il indiqué.

La conséquence logique, a  souligné le coordonnateur de Bufordi est que  les acteurs de la société civile qui devraient   pousser le gouvernement à implanter ce système partout dans le pays sombrent dans un silence coupable, sous prétexte qu’ils n’ont pas d’informations sur le fonctionnement de cette structure. Et en cas d’abus et de corruption, ajoute-t-il, ceux-ci sont incapables de dénoncer parce que pas outillés pour cela.

Ainsi, il a émis le vœu de voir à la fin des travaux, les acteurs de la société civile s’imprégner suffisamment de la matière afin de constituer le chien de garde pour tout abus éventuel.

VAN

Leave a Reply