Participation de la femme à la construction d’Elisabethville : les témoignages d’Emilie Zola

Ancienne élève du Lycée Tobongisa et Notre Dame de la Providence de Kinshasa, aujourd’hui « docteur en Sciences Historiques »,  Emilie Zola Kikwika a été fêtée le dimanche 23  février dernier par l’Association des Anciennes de ces deux écoles à Kimwenza, dans la commune de Mont-Ngafula.

 La thèse défendue par  madame Emilie Zola à l’Université de Lubumbashi porte sur « Les femmes africaines d’Elisabeth ville et la  construction de la société coloniale de 1910 à 1960 ».

Outre l’honneur lui  reservé par sa communauté, cette rencontre avait aussi pour mission de faire le bilan des activités de l’association.

Zola est aujourd’hui l’une de pionnières à  avoir défendue  sa thèse  en sciences historiques  sur place en République Démocratique du Congo, bien qu’elle ait  étudié à l’Université Libre de Belgique.

Elle a soutenu l’hypothèse selon laquelle les femmes ont contribué à la construction et au  développement de ladite ville.  Elles n’avaient pas le droit de se rendre dans la ville, car elles étaient censées rester dans les villages.

A l’époque, la femme n’avait pas de considération dans cette sphère de la RDC. Car, les gouvernants ont prôné la politique de la main-d’œuvre, puisqu’il fallait maintenir le secteur industriel principalement la Gécamines.

            Cependant, elles sont arrivées à Elisabethville, ont construit la ville au travers les formations des jeunes filles ; foyers sociaux ; associations. En apprenant les règles d’hygiènes, ces femmes ont pu garder leurs maisons propres, préserver la santé de leurs maris.

En outre, les femmes ont exercé le petit commerce  dans le secteur de l’ivoire. La prostitution était admise comme un métier et était réglementée. C’est vers les années 1940, que les évolués,  c’est-à-dire,  les grands «bwana» de l’époque vont se décider à envoyer leurs filles à l’école, a martelé Emilie Zola.

D’ou,  il y aura ouverture des lycées en commençant par le lycée Banza-Boma (dans la province du Bas-Congo); le lycée Twendeleye (dans la province de Katanga). Les filles étaient généralement formées en secrétariat, en aides-infirmières.

 Profil

Emilie Zola est diplômée du lycée Tobongisa en 1984, graduée en Sciences historiques de l’Institut Supérieur Pédagogique de Gombe en 1988 et possède également une licence en Sciences historiques de l’Université de Lubumbashi obtenue en  1998.

 Dorcas NSOMUE   

Leave a Reply