Ouverture de la 1ère semaine économique et culturelle française de Kinshasa

C’est ce lundi 26 mai 2014 à 16heures30 que la Chambre de commerce et d’industrie franco-congolaise (CCIFC) ouvre les portes de sa 1ère édition de la Semaine économique et culturelle française de Kinshasa. L’objectif de cet événement dont la clôture est prévue le 31 mai est de montrer l’engagement de la France, de ses entreprises, de ses acteurs, ainsi que de tous les autres décideurs, aux côtés de la RDC pour participer à son développement. En d’autres termes, elle vise la promotion de l’offre française répondant aux besoins du pays pour la mise en valeur de ses ressources naturelles, de son potentiel agricole et agropastoral, de ses infrastructures de transports et télécommunications, énergétiques et commerciales, de sa culture et des médias.

            Vice-président de la CCIFC, Charles Sanlaville a indiqué que son institution est très fière d’être à l’origine de cette fête dont les activités se tiendront dans les locaux de l’Institut français. Au menu, il y a des stands, des animations, des spectacles et conférences sur des sujets économiques et d’actualité qui ont trait aussi bien à l’énergie qu’à la responsabilité sociale d’entreprises, sur fond de deux axes économique et culturel.

            En rapport avec l’axe économique, Franck Mériaux, directeur général de la CCIFC, a expliqué qu’il s’agit d’un événement au cours duquel on montre l’offre française pour répondre aux besoins économiques de la RDC. Puis d’ajouter : « Nous avons deux pays qui sont des géants. La France, le plus grand pays d’Europe en superficie après l’Ukraine, puissance économique (5è) et diplomatique et en face la RDC, pays africain qui présente le plus grand potentiel pour les décennies qui viennent. Il est normal ces deux géants économiques, dont l’un en devenir et l’autre déjà accompli, avec chacun ses atouts, puissent, non seulement parler la même langue, mais aujourd’hui parler aussi le même langage, se mettre ensemble pour réussir une grande semaine économique ; question de montrer à l’opinion comment ils peuvent travailler ensemble dans les années qui viennent pour répondre aux besoins et défis économiques de la RDC ».

            Cette session va comporter plusieurs volets : d’un côté les entreprises françaises, celles membres de la communauté franco-congolaise des affaires, regroupées au sein de la CCIFC, vont exposer leurs produits, équipements, matériels, savoir-faire, technologies afin que les institutionnels, les entreprises congolaises, les décideurs et tous ceux qui veulent obtenir une offre de qualité pour le développement puissent trouver ce dont ils ont besoin.

            Notons que des conférences sont prévues à cette occasion, autour des thèmes correspondant au besoin de développement de la RDC (mines, l’énergie, les hydrocarbures), alors que le commerce et la distribution vont aussi accaparer une part très importante des échanges durant la Semaine française, car la RDC constitue un marché de près 75 millions d’habitants et 150 millions en 2050. A cela, il faut ajouter le regard qui sera porté sur le secteur de la communication (médias), qui est en RDC un secteur assez vivant et développé.

            Concernant la responsabilité sociétale des entreprises, la France veut montrer, au travers la CCIFC et les services économiques de l’ambassade de France en RDC, qu’elle est respectueuse à la fois des normes sociales, sociétales que environnementales de la RDC.

 Quant au volet culturel, Philippe Larrieu, directeur de l’Institut français de Kinshasa, a fait savoir que tous les Français sont concernés, les associations françaises œuvrant en RDC sont aussi partie prenante.  Il y aura aussi une exposition sur panneaux géants, une première, à la Place de la Gare centrale, sur la vie des Kinois et un concert de l’Orchestre symphonique kimbanguiste.

Déjà, ce lundi 26 mai, on procédera à la pose de la première pierre de l’extension du lycée français René Descartes dont l’investissement est de l’ordre de 10 millions USD.

            Il convient de souligner que les manifestations culturelles s’organisent tous les soirs pour s’achever par le concert de Youssoupha, grande star du rap français d’origine congolaise et fils du chanteur Tabu Ley Pascal.

Tshieke Bukasa

Leave a Reply