Ornella Mamba dans « Variations Jaz »

Jeune comédienne de la génération montante et très dynamique, Ornella Mamba veut marquer l’année 2010 d’une empreinte indélébile. Elle nous convie à venir nombreux à son spectacle intitulé «Variations Jaz » du 8 au 9 janvier 10 à la Halle de la Gombe – CCF de Kinshasa. Un spectacle qui a l’avantage d’ouvrir les activités et d’interpeller la conscience de chacun de nous. « Je suis femme et comédienne. Je ne pouvais pas rester silencieuse face à ce que nous vivons dans notre quotidien, et surtout,  je voulais donner ma voix à toutes celles qui en sont privées. Car, je pense que l’engagement sociétal est inhérent à la condition de comédiens», explique-t-elle.  

 

En effet, la création théâtrale est inspirée du texte « Jaz » de l’ivoirien Koffi Kwahulé et mise en scène par Monica Espina, artiste d’Argentine vivant en France. « Ma rencontre avec Monica Espina est un coup de chance. Car, au départ, le projet proposait Victor d’Oliveira, un comédien et metteur en scène mozambicain vivant en France. Par manque de moyen financier, le CCF m’a proposé de travailler avec Monica avec qui nous nous sommes mis d’accord sur les concessions à faire. Comme le projet me tient à coeur, j’ai tout accepté comme difficultés pour le monter à partir de Kinshasa, capitale du milieu où se passe le drame. »

Pour un spectacle d’une heure, Ornella précise, qu’il n’y aura pas de scénographie proprement dite. Pendant le monologue, il y aura juste une juxtaposition des clichés évoquant les douleurs subies par les femmes.  

En réalité, le texte évoque un sujet sensible qui déchire les foyers et dont beaucoup de gens préfèrent se taire que de dénoncer: le viol de la femme (jeune, vieille ou mariée). Histoire d’actualité courante à l’Est de la RD Congo.

« Le choix porté sur ce texte se justifie au départ par mon envie de monter un monologue à base des constats autour de ma personne. D’où ma pensée envers les femmes victimes de violence. Je voudrais en signe de solidarité contribuer dans la sensibilisation, dans la dénonciation en invitant chacun à ne pas fermer les yeux ! Et, aux femmes, de ne pas s’enfermer sur soi, d’aller de l’avant et de trouver des solutions adéquates pouvant enrayer ce fléau. »

Cependant, Ornella Mamba réserve particulièrement un message aux femmes congolaises : « Je vis à Kinshasa et la majorité de femmes violées sont à l’Est. D’ici, on ne peut sentir la même douleur. Il est temps que vous vous rendez compte que c’est anormal. Car, ce qui se déroule à l’Est dépasse l’entendement du mot viol. C’est autre chose ! Comment peut-on se permettre de violer un enfant de 8 ans et une grand-mère de 89 ans ? C’est horrible à prononcer. C’est tout simplement du génocide sexuel.»       

26 ans sonnés, Ornella Mamba a déjà fait preuve de professionnalisme à travers des spectacles tels « J’étais dans ma maison et j’attendais que la pluie vienne » ; «Cadavre, mon bel amant» ; «le mariage de Victorine avec Astrid Mamina»; Qui suis-je avec la Mozambicaine Gracia Silva et Roberto Zucco avec Philippe Boulay…

Eddy Kabeya 

Leave a Reply