Onze militaires dont un Lt-Colonel et trois majors des Fardc arrêtés pour viols

 

Normal 0 21 false false false MicrosoftInternetExplorer4 st1:*{behavior:url(#ieooui) } /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name: »Tableau Normal »; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-parent: » »; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family: »Times New Roman »; mso-ansi-language:#0400; mso-fareast-language:#0400; mso-bidi-language:#0400;}

 « Onze militaires dont le lieutenant-colonel Kibibi Mutware et trois majors arrêtés en relation avec les viols des femmes dans la nuit de 1er au 2 janvier 2011 à Fizi, » a déclaré Manodje Mounoubai, le porte- parole de la Monusco, le mercredi 26 janvier 2011 lors de la conférence hebdomadaire de la mission onusienne. 

            La Monusco tient cette information de son bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l’homme (BCNUDH) qui a pris part à une mission organisée du 19 au 22 janvier 2011 à Fizi (à 127 km au sud d’Uvira) et ses environs afin de poursuivre des enquêtes sur les violations des droits de l’homme, dont des viols, qui auraient été commises par des militaires du 43ème secteur des FARDC, participant à l’Opération « Amani Leo » à Fizi-centre, territoire de Fizi, Sud- Kivu, dans la nuit du 1er au 2 janvier 2011. Cette mission fait suite à celle organisée du 8 au 10 janvier 2011. Lors de cette mission composée des représentants de plusieurs sections de la Monusco, d’un magistrat substitut de l’Auditorat militaire de garnison d’Uvira, le BCNUDH a pu confirmer que suite au meurtre d’un militaire des FARDC le 1er janvier 2011, le commandant adjoint en charge des opérations du 43ème secteur des FARDC a ordonné une opération pour identifier et arrêter les personnes impliquées dans ce meurtre.

Au cours de cette opération, au moins 35 femmes ont été violées, 32 personnes blessées et 14 boutiques pillées. A ce jour, 22 victimes ont été auditionnées par l’Auditorat militaire. Les militaires et les majors arrêtés ont été transférés à l’Auditorat militaire de garnison d’Uvira.

            Par ailleurs, selon toujours le porte-parole de la Monusco, le BCNUDH a pu confirmer que, le 31 décembre 2010, à Bushani, au moins 32 femmes, y compris deux femmes enceintes et une fille de 16 ans, avaient été violées. Douze personnes ont également été arbitrairement arrêtés, au moins 50 maisons pillées, une personne blessée par balle et de nombreux villageois soumis à des traitements cruels, inhumains et dégradants.

            Sur un autre registre, le secrétaire général des Nations Unies, Ban ki-Moon, se félicite du transfèrement par les autorités judiciaires françaises du secrétaire exécutif des Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda (FDLR), Calixte Mbarushimana, à la Cour Pénale Internationale de la Haye, a déclaré le porte-parole de la Monusco. Calixte Mbarushimana est accusé d’avoir commis des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre sur  le territoire de la Rd Congo.

            Le Secrétaire Général de l’ONU sale également des mesures décisives prises par le système judiciaire allemand pour poursuivre et traduire en justice le président et le vice- président des FDLR, Ignace Murwanashyaka et Straton Musoni, qui sont aussi accusés d’avoir commis des crimes graves, au regard du droit international.

Jean- René Bompolonga     

 

 

Leave a Reply