«On va frapper !»

Contactée par Le Phare, Mme Thérèse Olenga, porte-parole du gouvernement provincial et ministre en charge de l’Information et Communication, EPSP et Genre, a indiqué que l’exécutif de la capitale a déjà eu à se pencher sur ce dossier qui concerne l’encadrement des mineurs sur un plan général. Elle a rappelé qu’en son temps, des instructions avaient été données à qui de droit pour veiller sur les mouvements des moins de 18 ans la nuit ainsi que des lieux comme des hôtels, terrasses, restaurants, bars, etc.

Mais, au regard de l’amplification du phénomène, l’impression qui s’en dégage est que les personnes impliquées dans le mal, notamment les hôteliers et autres exploitants des débits de boissons, ne font pas correctement leur travail, car n’ayant comme préoccupation primordiale que la recherche de l’enrichissement, au détriment de l’avenir de notre jeunesse.
C’est pour cette raison, a-t-elle signalé, que son département a demandé que la question soit inscrite à l’ordre du jour du prochain conseil provincial des ministres, en vue de prendre des mesures à l’encontre de tous ceux qui poussent notre jeunesse sur la voie du dévergondage.
Thérèse Olenga a révélé à ce sujet la découverte révoltante faite dernièrement par le numéro 1 de la ville dans la commune de Lemba, où il a surpris une femme qui jouait le rôle d’entremetteuse et se servait d’une maison close pour mettre des filles mineures à la dispositions d’hommes aux mœurs dévoyées.
André Kimbuta a sanctionné sévèrement ce comportement à la fois immoral et incivique et c’est sur sa lancée que le gouvernement provincial se proposer de frapper tous ceux qui utilisent leurs terrasses et hôtels pour planifier le « génocide » de toute une génération. « Le mal a trop duré. L’heure de frapper a sonné. Et on va frapper », a-t-elle promis.
Thérèse Olenga estime cependant que les parents devraient apporter tout leur concours à l’exécutif provincial pour « nous puissions obtenir des résultats à la hauteur de nos attentes ».

Kimp.

Leave a Reply