OLPA indigné par le passage à tabac d’un cameraman à Kinshasa

L’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA), réseau africain d’experts juristes et journalistes volontaires pour la défense et la promotion de la liberté de la presse, est atterré par l’agression brutale et le passage à tabac de Serge Kembila, caméraman à la Radio-télévision Groupe l’Avenir (RTGA), une station privée de télévision émettant à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo (RDC).

Serge Kembila, cameraman à RTGA, propriété du député Pius Mwabilu, un proche du président Joseph Kabila, a été passé à tabac par un groupe des fidèles  catholiques en colère, le 7 janvier 2011, dans l’enceinte de la paroisse Saint Joseph de Matonge à Kinshasa. Le passage à tabac de Kembila a eu lieu au moment où le caméraman tentait de filmer la célébration d’un culte religieux par l’évêque auxiliaire de Kinshasa, Mgr Edouard Kisonga.
Les assaillants du cameraman ont cru que Serge Kembila travaillait pour Digital Congo télévision, qui serait à la base du lynchage médiatique du cardinal Laurent Monsengwo, archevêque de Kinshasa qui a critiqué la réélection de Joseph Kabila au scrutin du 28 novembre 2011 et réclame le rétablissement de la vérité des urnes.

Sa camera été confisquée et consignée au bureau du curé de la paroisse alors que cameraman de RTGA a été acheminé d’urgence dans un centre hospitalier où il est interné.  Plusieurs autres journalistes travaillant pour des médias proches du pouvoir de Kinshasa ont été empêchés d’assister au culte religieux.
Eu égard à ce qui précède, OLPA condamne l’agression brutale d’un professionnel de la presse en plein exercice de son métier. Il s’agit manifestement d’une atteinte grave à la liberté de la presse garantie par la loi congolaise et les instruments juridiques internationaux relatifs aux droits de l’homme.
En conséquence, OLPA exige que toute la lumière soit faite sur cette agression et invite les autorités de Kinshasa à sécuriser les journalistes durant cette période caractérisée par l’intolérance politique.

Leave a Reply