Objectifs du Millénaire pour le Développement : la RDC traîne les pieds

Dix ans après l’adoption internationale des 8 OMD, la RDC fait son bilan par rapport aux 5 ans qui restent. La cérémonie officielle du lancement de Rapport National 2010 sur les objectifs du Millénaire pour le Développement a eu lieu hier lundi 23 mai à l’amphithéâtre de l’Université Protestante au Congo (UPC). Elle a connu la participation de plusieurs autorités nationales et internationales. Entre autres, Adolphe Lumanu, Vice-premier ministre et ministre de l’Intérieur et Sécurité, Olivier Kamitatu (ministre du Plan), José Endundo (ministre de l’Environnement, Conservation de la Nature et Tourisme), César Lubamba (ministre de l’Urbanisme et Habitat, etc… Plusieurs ambassadeurs étaient présents et d’autres représentés. Fidèle Sarassoro, représentant spécial adjoint du secrétaire général des Nations-Unies était aussi présent.

Dans l’ensemble, l’on a constaté que, d’une part il y a une évolution dans certains secteurs tels que l’agriculture par rapport au premier objectif du millénaire qui consiste à réduire l’extrême pauvreté et la faim. Ledit ministère a mis sur pied plusieurs projets dans certaines provinces du pays afin de lutter contre la pauvreté et la faim. Le représentant du ministre de l’EPSP a souligné que le bilan est positif car le taux de scolarisation des enfants de 6 à 11 ans est passé de 56% en 1995 à 75% en 2010. Selon lui, dans certaines provinces, l’école primaire est gratuite de la 1è en 3è année primaires.

S’agissant de l’objectif qui a trait à la réduction de la mortalité infantile, le représentant du ministre de la Santé a fait constater que le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans est passé de 220 à 158 pour mille durant les 15 dernières années. D’autre part, l’on constate une lenteur dans l’évolution des OMD en RD Congo car jusque là, on ne sent pas la participation active des femmes dans les activités socio-politiques du pays.
Cependant, le rapport publié par le PNUD et l’Observatoire Congolais de la pauvreté et des inégalités (OCPI) du ministère du Plan révèle plusieurs réalités. Il faut noter que la RD Congo est un pays post-conflit. La crise financière, économique et le manque de paix à l’Est du pays sont parmi les facteurs  qui gênent l’évolution des objectifs du millénaire pour le développement.

En effet, la réussite desdits objectifs dépend de la décentralisation de la RD Congo. Car, le Congo est trop vaste et les réalités  diffèrent d’une province à une autre. D’où la décentralisation va permettre aux dirigeants et aux dirigés de bien cerner les différents problèmes qui handicapent le développement et surtout la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement d’ici 2015.

« Mais, ces progrès sont trop lents pour atteindre les objectifs d’ici 2015. En plus, les progrès vers les réalisations de ces objectifs sont à présent menacés par le ralentissement de la croissance économique à l’échelle du monde, une diminution des ressources, moins d’opportunités commerciales pour les pays en développement, etc… », a souligné Fidèle Sarassoro.

« La RD Congo est loin de la réalisation des OMD d’ici 2015 mais avec l’appui de l’ensemble de la population, nous pouvons vaincre le combat, etc… « indique Olivier Kamitatu, ministre du Plan.

« La contribution de la RD Congo à la réalisation des objectifs du millénaire relève de plusieurs aspects. Sur le plan national, le ministère de l’Environnement se bat pour donner le meilleur à la population congolaise. Cependant, sur le plan international, il doit contribuer au maintien de l’équilibre social. Pour  le dossier du réchauffement climatique, la RD Congo avec sa forêt équatoriale ne fait pas l’objet du problème mais plutôt c’est une solution à ce problème, a souligné José Endundo, ministre de l’Environnement.

Les huit objectifs du millénaire sont :
a) Permettre au monde entier, sans exception, de sortir de l’extrême pauvreté et de la faim
b) Permettre à tous nos enfants d’aller à l’école pour aspirer aux meilleures opportunités de la vie,
c) Promouvoir l’égalité et l’autonomisation des femmes
d) Réduire la mortalité infantile
e) Améliorer la santé maternelle
f) Combattre le VIH/Sida, le paludisme et d’autres maladies.
g) Assurer un environnement humain durable
h) Mettre en place un partenariat mondial pour le développement.

Dorcas Nsomue

Leave a Reply