Nord-Kivu: des démobilisés transformés en producteurs agricoles par l’UEPNDDR et Caritas

3581_535221049857649_1787869538_nButembo, le 05 juillet 2013 (caritasdev.cd) : de nombreux aménagements initiaux en termes de maisons, bâtiments de formation, pistes d’accès internes et pâturages, ainsi que des infrastructures zootechniques et agricoles, sans oublier des ouvrages communautaires, productions agricoles et équipements techniques acquis, telles sont des preuves d’une expérience inédite de développement en faveur des populations rurales.

Fait intéressant: les ex-combattants démobilisés sont au centre de ce projet de l’Unité d’Exécution du Programme National de Désarmement, Démobilisation et Réinsertion (UEPN-DDR), financé par la Banque Africaine de Développement (BAD), et exécuté par Caritas Congo Asbl à Vuyinga (Nord-Kivu) et Loda (Province Orientale).

         Dénommé « PARSEC », Projet d’Appui à la Réinsertion socioéconomique post Conflit), ce projet se veut une approche de réintégration socio-économique en mode associatif des ex-soldats démobilisés. Ces derniers travaillent en association avec les autres membres des communautés locales,  au travers des Fermes Agricoles Pilotes (FAP), dans une dynamique de développement communautaire intégré.

         Présentant la Ferme Agricole Pilote de Vuyinga en juin dernier lors du 4ème Forum National de Caritas Congo Asbl à Kinshasa, l’Administrateur de l’UEPN-DDR, Prof. Grevisse DITEND, a souligné qu’il s’agit d’un effort de croissance économique par la promotion de la production végétale, la production animale et la transformation des produits agricoles.

D’importantes réalisations de la FAP de VUYINGA

Sur le plan des aménagements initiaux déjà réalisés, Prof. Grevisse DITEND a cité la construction de 72 maisons pour appuyer la sédentarisation des sociétaires et d’un bâtiment de formation; y compris l’aménagement des pistes d’accès internes et de 23 Ha de pâturages.

         Quant aux infrastructures zootechniques, il a souligné la construction déjà réalisée d’une bergerie, d’une chèvrerie, d’un poulailler, d’une porcherie, d’un clapier, d’un couloir de contention, des abreuvoirs, et des claies. Dans ce volet, un périmètre apicole, des étangs et des germoirs ont été aménagés.

Du côté des infrastructures agricoles, les réalisations ont touché la culture du riz, du haricot et du manioc ; des bananiers en macropropagation ; les pépinières  de cacao et d’eucalyptus pour le reboisement, sans oublier la construction des claies et l’aménagement des germoirs.

         Par ailleurs, la FAP de Vuyinga a aussi pensé aux ouvrages communautaires : ouverture de la route Mukondo-Kitevya (21 km), construction d’un centre de santé et d’une école.

         En outre, dans le volet productions agricoles déjà réalisées, il y a lieu de citer 16.500 kg de riz, 36.000 mètres linéaires de boutures de manioc, 3.734 plants de palmier, 37.319 plants de quinquina,  3.000 plants de cacao, 6.000 plants d’eucalyptus, 19.021 plants de Grevillea robusta, 520 rejets de bananier.

         La FAP de Vuyinga  a également acquis des géniteurs et des équipements techniques. Il s’agit d’une part de 2 caprins et 2 ovins mâles de race améliorée, 100 caprins et 100 ovins femelles de race locale, 12 caprins femelles de race améliorée, 50 lapins, 12 porcins de race femelle et 1 de race mâle, 2.000 volailles (ponte) et 2.000 volailles de chair.  D’autre part, pour faciliter ses diverses activités, la FAP de Vuyinga a été dotée d’un camion, un Pick up, 2 Triporteurs, 2 Moto, 4 Motoculteur, 1 Tracteur + attelages, 1 groupe électrogène, 1 kit de panneaux solaires, 1 unité de provenderie, 1 moulin, 1 râpeuse de manioc, 1 décortiqueuse riz, 1 presse à huile, 1 machine d’ensachage et 1 incubateur.

         Comme on s’en rend compte, tout est mis en  place pour une importante production agropastorale pour booster l’économie locale, tout en pacifiant durablement le milieu. En effet, toutes ces réalisations répondent à l’objectif des FAP: conférer l’efficacité et la durabilité aux activités de la réintégration des démobilisés; moderniser la production agropastorale dans les communautés locales; et contribuer à la croissance économique par la promotion de la production agricole.

         Pour mémoire, l’UEPN-DDR est la structure mise en place par le Gouvernement de la RDC pour appuyer la pacification du pays, la stabilisation et la relance économique des communautés locales, à travers trois objectifs spécifiques : le désarmement, la démobilisation et la réintégration socio-économique des ex-combattants démobilisés des forces et groupes armés de la RDC.

Guy-Marin Kamandjia

Leave a Reply