Musique : David Santiago Mayala «J’ai choisi ma voie»

Teint clair, chevelure abondante, la vingtaine révolue, David Santiago Mayala « DSM »  donne l’impression d’être un play boy.  Au terme de ses études secondaires, le petit David s’oriente vers le droit à l’Université de Lubumbashi puis à l’Université de Kinshasa. Une grossière méprise  fait capoter le rêve de son géniteur de faire de lui une toge noire. Passionné  de l’art d’Orphée, doté d’un sens aigu de la grandeur de Dieu, le nouveau « pensionnaire » de l’INA vient de réaliser son premier album. Suivons-le dans ces lignes.

LP  Quel est le titre de votre album ?

DSM : Mon disque porte le titre de « Mawa na Nzambe ». Moi et les amis du groupe avons compris que nous vivons par la grâce divine. Si quelqu’un ne bénéficie pas de la miséricorde de Dieu, il lui est  difficile de s’en sortir devant les problèmes auxquels il va être   confronté.  A travers nos chansons,  nous voulons redonner de l’espoir aux déshérités, démunis….Tous les 7 titres de l’album portent ma signature et  se valent. Dans « Ndeko bondela » et « Bana Nzambe », deux des chansons de mon album,    nous exhortons les gens à persévérer dans la prière mais aussi à chanter, danser et glorifier le Seigneur. Deux  des artistes du groupe  ont placé des solos vocaux dans l’album.  Des  extraits de mon disque  passent sur CEBS et nous  faisons présentement des clins d’œil aux producteurs.

LP  Vous avez fait de l’auto production. Aviez-vous bénéficié des soutiens extérieurs ?

DSM :  La préparation de la maquette, la programmation… ont commencé en 2012.  Nous avions enregistré nos chansons dans un studio situé à la 7 ème rue Limete. C’était difficile d’allier les séances en studio et les cours à l’INA, mais j’y suis parvenu. Les sociétaires de la « Harpe mélodieuse » se sont cotisés pour payer les frais du studio. Il y a eu aussi les recettes provenant de nos productions…

LP  Les artistes chrétiens recourent parfois aux gris- gris pour se hisser au top. En êtes-vous conscient ?

DSM : Dans la vie, il y a toujours de la dualité, à savoir le bien et le mal. Il y a effectivement de « faux » musiciens chrétiens. Ce n’est pas bien d’être hypocrite.

LP Des jeunes-gens de votre âge rêvent d’égaler Fally, Ferre…. Pourquoi faire le sens inverse ?

DSM : Depuis l’enfance, je loue le Seigneur. Si on est réellement  appelé à servir le Seigneur, on le fait de gaité de cœur et on est vraiment à l’aise.

LP Vous avez délaissé le droit pour parfaire vos connaissances en musique. N’était-il pas indiqué de retarder votre inscription à l’INA ?

DSM : Ce problème me chagrine. Il y a eu une méprise entre moi et papa. Mon géniteur n’aimait pas que je fasse de la musique. Des problèmes indépendamment de ma volonté ont apparu quand j’étais en G3 en droit.  Cela m’a poussé à aller à l’INA . Je compte terminer le graduat plus tard.

LP Avez-vous eu le temps de mûrir vos œuvres ?

DSM : Oui. Je les ai soumises à la critique des autres personnes. Et avant d’entrer en studio, le groupe est allé en retraite pendant une semaine.

LP Vous avez  « brûlé » les étapes en vous passant de l’expérience d’un aîné.  Est-ce une bonne chose ? 

DSM : Chaque personne a son étoile. C’est aussi un problème de conviction. Toute- fois, il n’est pas interdit de réaliser des featuring avec des stars de la musique chrétienne. Et puis si ton heure vient, la fortune va te sourire.

LP Un mot sur votre groupe.

DSM : En 2004, j’ai fondé le groupe «La lumière de Dieu». Avec mon admission à l’Unilu, ce groupe s’est disloqué et s’est reconstitué en 2012 et va s’appeler «Harpe mélodieuse». Nous avons adopté le gospel  ( évangéliser à travers la chanson) qui est un style américain. Nous l’avons adapté à notre musique. Siméon Munene, Merveille Lungasa, Gloria Miezi, Sarah Bafengo….et bien d’autres  sociétaires du groupe ont naturellement contribué à la réalisation de « Mawa na Nzambe ».

            Le  groupe livre un concert ce dimanche 27 avril 2014  dans la salle « Les Jumelles » à Lemba Righini. Mon numéro de contact est 0899994064.

Jean-Pierre Nkutu 

Leave a Reply