Modicité des moyens ou marquage à la culotte ?

Les journées du vendredi et du samedi ont été normales sur toute l’étendue des communes de Bandalungwa, Kintambo, Lingwala et Gombe. Journées normales, parce que la circulation des véhicules et piétons n’a pas du tout été perturbée par quoi que ce soit. Un quidam qui aurait débarqué à Kinshasa ces jours ne se serait pas aperçu que la campagne électorale si attendue avait déjà commencé. A part quelques calicots, banderoles et parfois quelques voitures arborant les insignes de tel ou tel candidat et que l’on pouvait compter sur les doigts de la main, les habitants de ces trois communes ont vaqué calmement à leurs occupations habituelles comme si de rien n’était. Côté tapage, il ne s’est rien passé d’extraordinaire comme il se doit dans une campagne électorale digne de son nom.
Modicité des moyens ou marquage à la culotte ?

Ces trois communes sont situées dans la circonscription électorale de la Lukunga tant convoitée par les partis politiques du fait que les grandes institutions de la République tout comme les représentations diplomatiques accréditées à Kinshasa y ont élu domicile. En clair, l’on est dans la circonscription jouissant, par le fait du découpage territorial, d’une très forte visibilité sur le plan politique. Déjà, à la lecture des listes des candidats à la députation nationale, l’on se rend compte que les partis politiques ont aligné de grands gabarits dans cette circonscription électorale. Cela, pour dire que la bagarre s’annonce chaude et épique.

Certes, cette circonscription détient le monopole des signes de visibilité politique, notamment les grandes pancartes, les vastes effigies, un nombre très impressionnant des véhicules arborant les insignes de tel ou tel candidat, les banderoles et surtout les dépliants des photos et insignes distinctifs des candidats. Il ne demeure pas moins vrai que tout le monde n’est pas logé à la même enseigne en ce qui concerne les moyens financiers. Il apparaît donc que ceux qui ne disposent pas des moyens colossaux se réservent d’intervenir à ce stade au risque d’épuiser leurs modestes budgets respectifs. Ils vont certainement entrer dans la danse à deux semaines de la fin de cette campagne électorale de tous les enjeux.

Selon certaines indiscrétions, les grands partis politiques s’observent les uns les autres avant de se lancer dans la bagarre électorale. Il s’agit d’une stratégie dite de marquage à la culotte pour connaître les slogans, la qualité des insignes distinctifs et surtout les slogans de propagande. Ils vont entrer dans la danse probablement après le lancement officiel de la campagne par leurs autorités morales. On annonce que Joseph KABILA, candidat indépendant et autorité morale de la Majorité Présidentielle a choisi la ville de Kindu, chef-lieu de la province du Maniema pour lancer sa campagne électorale. Déjà le jeudi dernier, toutes les têtes couronnées de cette famille politique originaires de cette province sont descendues à Kindu pour préparer cet évènement en procédant à la mobilisation des leurs partisans.

Etienne TSHISEKEDI est attendu à Kisangani en début de cette semaine pratiquement au lendemain du lancement de la campagne électorale par un meeting organisé au Stade Tata Raphaël hier dimanche. Les autres candidats les plus en vue, notamment Vital KAMERHE, Léon KENGO et Antipas MBUSA Nyamuisi entretiennent un flou sur le lieu du lancement de leur campagne électorale. Pour tout dire, les empoignades vont démarrer probablement au milieu de cette semaine en cours pour certains et pour d’autres tout au début de la semaine prochaine.

F.M.

Leave a Reply