Mikonga : le secret des caveaux

Menacé plusieurs fois de fermeture par l’Hôtel de Ville de Kinshasa, en raison de sa proximité avec l’aire de décollage et d’atterrissage de l’aéroport international de N’Djili, le cimetière de Mikonga reste encore ouvert aux inhumations, chaque jour, entre 8 et 16 heures. A l’image d’autres sites d’accueil des morts, la mode des caveaux est en train de gagner du terrain.

Selon Mungua, un fonctionnaire œuvrant au sein de l’administration de ce cimetière, il existe trois types de caveaux : « simple », en «  carreaux » et en « marbre ». Le coût d’un caveau « simple » est d’environ 450 dollars américains ;  celui en carreaux revient à 650 dollars américains ; tandis que celui en marbre se négocie autour de 750 dollars américains.

A en croire les maçons positionnés en permanence dans ce site et toujours à l’affût des « clients », la construction d’un caveau funéraire prend environ trois jours. L’avantage qu’offre un caveau aménagé c’est de pouvoir recevoir plusieurs corps d’une même famille, sans que cela exige la construction d’une nouvelle sépulcre.

Mungua explique qu’une famille disposant de son caveau simplifie les enterrements de ses membres. Car, à chaque décès, les rares frais à engagés ne concernent que l’ouverte du caveau et le scellement d’une plaque en béton au-dessus du dernier cercueil enseveli.

                                               Laura Ndjabaringa

(stg/ Ifasic)

Leave a Reply