Mende : «Le gouvernement est convaincu de l’utilité sociale des médias qui sont, dans une certaine mesure, la prolongation de l’action des institutions publiques»

mendeExcellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement, Très chers collègues,

Monsieur le Président du Conseil Supérieur de I’Audiovisuel et de la Communication,

Messieurs les Ambassadeurs et Chefs des Missions Diplomatiques,

Monsieur le Président de l’Union Nationale de la Presse Congolaise,

Monsieur le Président de l’Observatoire des Médias Congolais,

Mesdames et Messieurs les Patrons de la Presse,

Chers Amis Professionnels de tous les médias,

Distingués invités,

Mesdames et Messieurs,

            C’est avec plaisir que je prends la parole ce jour qui voit se réaliser le projet de «Bal de la Presse» que nous nous étions promis de mettre sur orbite depuis 2012, Je me souviens que l’idée en avait été lancée au cours d’une sympathique réception organisée par les professionnels de la RTNC en faveur d’une de leurs excellentes consoeurs qui venait de quitter le métier pour «passer à I’ennemi», selon le jargon consacré de nos amis journalistes lorsque l’un des leurs entre au Gouvernement.

            De prime à bord, je voudrais rendre hommage au Président de la République, Son Excellence Monsieur Joseph Kabila, pour les efforts qu’il a consentis afin que le Congo Démocratique devienne effectivement une société ouverte où les médias s’expriment librement sur toutes les matières, quel que soit leur engagement philosophique ou politique.

            Notre pays a connu des moments bien difficiles au cours de ces deux dernières décennies. A suivre ce qui est en train de se passer sur le pool Malebo, il ne faut pas être sorcier pour comprendre que bien de défis restent encore à gérer.

ll faut reconnaitre que tout au long des péripéties qui jalonnent notre histoire, la presse congolaise a toujours su jouer son rôle dans la formation de la conscience politique nationale face aux multiples épreuves du vécu quotidien.

Au regard des moyens à leur disposition pour exercer leurs activités professionnelles, on peut affirmer sans risque d’être démenti que les journalistes congolais travaillent surtout par vocation.

Le Gouvernement de la République est convaincu de l’utilité sociale de ces médias qui sont dans une certaine mesure, la prolongation de l’action des institutions publiques dans la mission de service qui leur est dévolue.

            Hier au cours d’un débat entre journalistes de la chaîne publique Télé Congo de Brazzaville sur les expulsions de nos compatriotes de la République du Congo Brazzaville, nous avons entendu entre deux rhétorique saillies de rhétorique xénophobe de certains participants, un véritable hommage de certains de vos confrères de Télé Congo à l’égard des RDC.

            Un des participants a en effet reconnu que : « les médias de RDC sont très influencés par la rue ». Traduction : les professionnels des médias au pays de Lumumba sont à l’écoute de l’opinion publique interne. Il n’y a pas meilleur hommage au professionnalisme et à l’indépendance de la presse en RDC.

            Je veux ici réaffirmer l’engagement du Gouvernement de la République de poursuivre avec détermination les initiatives en cours d’exécution, notamment la promotion des textes légaux pour la dépénalisation des délits de presse, la garantie de l’accès des professionnels des médias à l’information institutionnelle, l’encadrement des médias sociaux ainsi que l’accélération du déploiement des infrastructures numériques pour l’audiovisuel sur l’ensemble du territoire national.

C’est sur ces infrastructures que nous comptons pour permettre aux médias de contribuer véritablement à la transformation qualitative du Congo Démocratique en un pays qui marche vers l’émergence. Cette ambition est à notre portée. Le rôle des hommes et des femmes des médias à cet égard est incontournable.

Excellences, Honorables, Mesdames et Messieurs, Distingués lnvités,

Je ne saurais escamoter en cette circonstance particulière une attente légitime de la presse, de voir le gouvernement améliorer l’aide publique aux médias. Aujourd’hui, je suis autorisé à vous annoncer que le montant plus ou moins symbolique qui a été attribué à la presse au titre de cette contribution pour l’année budgétaire 2013 va devenir un peu plus consistant.

            En effet, sur instruction du Chef de l’Etat le gouvernement vient de doubler les crédits effectivement distribués à ce titre l’an dernier. Les entreprises de médias éligibles à cette aide se verront donc allouées dans les tout prochains jours le double de ce qu’elles avaient eu à percevoir en 2013.

Excellences, Honorables, Mesdames, Messieurs, Distingués lnvités,

            Le Bal de la Presse, initié par mon Ministère avec ses partenaires, a été conçu pour célébrer avec toute la solennité requise la Journée Mondiale de la Liberté de la Presse.

Cette célébration vise à favoriser l’éclosion d’une dynamique communicationnelle nouvelle au sein de la société congolaise et à promouvoir l’émulation et I’auto-qualification des ressources humaines dans notre secteur.

Le but primordial poursuivi par cette initiative est de susciter et consolider la convivialité entre les professionnels des médias et leurs partenaires essentiellement du secteur public ici présents.

            ll s’agit également d’une belle occasion pour la reconnaissance des qualités professionnelles des journalistes afin de les pousser à se dépasser.

            Ne sont concernés par pareille distinction que ceux des journalistes qui, disposant du profil requis, ont présenté une production significative sur des questions de société concourant au développement et à la promotion des valeurs morales, civiques et républicaines que le Gouvernement à travers mon Ministère entend inséminer sur et disséminer sur l’ensemble de la communauté nationale.

C’est la raison pour laquelle nous nous sommes fiés aux conditions habituelles fixées par les associations professionnelles que sont I’UNPC et I’OMEC.

            Mon Ministère qui a aussi en charge l’lnitiation à la Nouvelle Citoyenneté s’est fait un point d’honneur d’ajouter aux thématiques des Droits de l’Homme, du Genre, du Développement économique, de la Santé, de l’Environnement, de la Culture, des Sports et loisirs prendre en compte par le Jury dans l’évaluation des productions en compétition, celle de l’engagement citoyen. Notre pays en a besoin en ce que la survie de notre Nation en dépend.

Excellence Monsieur le Premier  Ministre,

Mesdames et Messieurs,

Distingués Invités,

Je voudrais féliciter le jury pour avoir pris en compte les évolutions technologiques et sociologiques récentes et intégré les réseaux sociaux à cette compétition. ll est judicieux à notre point de vue de considérer les livraisons en ligne comme un supplément aux autres catégories de médias, presse écrite.

            Elles pourraient, d’ici peu, occuper un espace de loin plus large que maintenant sur l’univers des médias. A l’aide d’un Smart Phone connecté à lnternet il est désormais possible d’informer et d’être informé partout et à tout moment.

            C’est le lieu pour moi de saluer les partenaires de notre Ministère dans cette initiative, j’ai cité l’Union Nationale de la Presse du Congo « UNPC » et l’Observatoire des Médias Congolais «  OMEC » qui se sont joints à nous pour organiser cet événement inédit et qui ont avec tout le professionnalisme qu’on leur reconnait, scruté soigneusement tous les compétiteurs en vue de décerner 15 prix aux meilleurs.

            Par ailleurs, je me fais l’obligeance d’apprécier à leur juste valeur les apports de nos autres partenaires que sont Vodacom Congo et la Bralima, qui ont eu I’amabilité de s’associer à nous pour la événement.

            Par-delà tous les avantages collatéraux qu’ils peuvent en tirer, je note que leur geste symbolise leur engagement social dans notre pays. Merci encore.

Excellences, Mesdames, Messieurs,

Avant de terminer mon propos, je voudrais nous souhaiter à tous une bonne journée mondiale de la liberté de la presse et rassurer la profession quant à la disposition favorable de l’exécutif national à l’égard des revendications légitimes portant notamment sur l’accès aux sources d’information et la dépénalisation des délits de presse.

Je vous remercie pour votre aimable  attention.

Leave a Reply