Menaces contre « Le Phare »

«Le Phare » et ses journalistes font l’objet de menaces qui leur parviennent le plus souvent à travers des appels téléphoniques ou des textos. Les auteurs de ces menaces se réclament tantôt du CNDP (Congrès National pour la Défense du Peuple), tantôt du M. 23 (Mouvement du 23 mars 2009) ou encore du pouvoir en place à Kigali. Certains optent tout simplement pour l’anonymat.

Le principal reproche fait au quotidien de l’avenue Lukusa est de se trouver à l’avant-plan dans la défense de la cause de la patrie dont la souveraineté et l’intégrité territoriale sont sérieusement mises en péril par la situation d’insécurité créée de toutes pièces au Nord-Kivu.
 A en croire différents interlocuteurs qui ne cachent pas leur mauvaise humeur, « Le Phare » aurait diffusé des informations mensongères sur Bosco Ntaganda qui serait, à les en croire, un Congolais authentique, et non un citoyen rwandais, comme signalé dans son dossier judiciaire pendant à la CPI (Cour Pénale Internationale). Ce général, soutiennent-ils pince sans rire, serait toujours un membre à part entière des FARDC (Forces Armées de la République Démocratique du Congo). 
Mieux, des dignitaires du CNDP prétendent que leurs officiers et soldats ne seraient pas en rébellion contre l’armée régulière. Leurs revendications, d’ordre strictement social, auraient été mal interprétées par la hiérarchie militaire. Pourtant, aux dernières nouvelles, un communiqué du même mouvement politico-militaire rebelle annonce sa rupture avec la MP (Majorité Présidentielle). Quelle est la responsabilité du journal Le Phare dans le feuilleton politico-militaire qui vient de consacrer le divorce entre Kinshasa et ses anciens protégés du CNDP ou du M. 23 ?
Pour avoir relayé des révélations onusiennes et d’autres sources faisant état de la présence des soldats de l’armée régulière rwandaise parmi les mutins du M. 23, du financement et de l’armement de ce mouvement rebelle par le pouvoir en place au Rwanda, « Le Phare » est pointé du doit par des milieux proches de ce régime comme le fossoyeur des initiatives de rapprochement entre Kinshasa et Kigali. Selon eux, dénoncer le double de jeu du gouvernement rwandais dans la crise du Nord-Kivu serait une action nocive aux relations rwando-congolaises. C’est à croire que le Rwanda est plus à l’aise face à un Congo faible qu’à un Congo fort.
Habituée à subir des menaces de toutes sortes au quotidien, l’équipe du journal « Le Phare » accepte de porter sa croix sur la voie tortueuse des alertes aux atteintes à l’intégrité territoriale et à la souveraineté nationale. Pour avoir déjà payé le prix fort il y a quelques mois, dans sa quête de la transparence du fichier électoral ainsi que des scrutins présidentiel et législatifs, le quotidien de l’avenue Lukusa n’a d’autre alternative que de rester au service de la vérité. 
C’est en effet ce créneau qui lui avait permis de confondre tous ceux qui l’accusaient, en novembre 2011, d’avoir publié de fausses rumeurs au sujet des bulletins de vote parallèles et pré-cochés, des bureaux de vote fictifs, d’électeurs fantômes et mineurs enrôlés. Accusés d’avoir porté atteinte à la sécurité de l’Etat, ses journalistes ont été l’objet d’un harcèlement qui a fait craindre le pire.  Ce sont donc des menaces de même type qui redémarrent aujourd’hui alors que le journal ne fait que son travail, comme c’était le cas hier avec cette affaire des bulletins pré-cochés qui furent à la base des troubles et du sang versé dans pratiquement toutes nos provinces.  Chacun se rappelle comment l’histoire avait fini par donner raison à notre journal. Nombre de nos pourfendeurs ne se sont même pas gênés de s’afficher sur la liste des requérants de la vérité des urnes au niveau de la Cour Suprême de Justice. Avec un panel de plus de 500 contentieux électoraux, aucun doute n’était plus permis plus sur les fraudes électorales massives orchestrées par la Commission Electorale Nationale Indépendante et tous les services qui ont été instrumentalisés dans ce dossier pour nous harceler et nous causer un tort irréparable.
Au regard de toutes les « vérités » déclinées dans ses colonnes, Le Phare prévient tous ceux qui mijotent des coups bas contre lui dans le dossier sécuritaire de l’Est qu’ils seront sévèrement jugés par l’histoire.
 
La Rédaction

Leave a Reply