Meeting de l’UDPS à la Grand’Poste

Mercredi, 12 Octobre 2011 04:50

Après le lundi 4 juillet, le jeudi 29 septembre et le jeudi 06 octobre 2011, l’ UDPS (Union pour la Démocratie et le Progrès Social) appelle de nouveau ses combattants dans la rue. Rendez-vous est pris pour ce jeudi 13 octobre, à la place de la Grand’Poste, au Centre-ville de Kinshasa, dans la commune de la Gombe, à partir de 10 heures. Selon Me Jacquemain Shabani Lukoo, qui a informé à cet effet le Gouverneur de la Ville de Kinshasa par une lettre déposée à son secrétariat le mardi 11 octobre, avec ampliation au Vice-Premier ministre et ministre en charge de l’Intérieur, au Président de la Commission Electorale Nationale Indépendante et au Représentant Spécial du Secrétaire Général de l’Onu auprès de la Monusco, il va s’agir d’un « Grand Rassemblement Populaire ».

Le justificatif de cette manifestation est à chercher, comme les précédentes, dans l’exigence de la transparence et de l’équité du processus électoral, de l’avènement d’une véritable démocratie fondée sur l’Etat de droit. L’UDPS compte saisir l’occasion pour protester contre l’intolérance politique, l’insécurité ainsi que les violations des droits et libertés de l’homme par les gouvernants en place en cette période préélectorale.

Ainsi donc, en lieu et place des marches de protestation organisées jusque-là contre l’opacité du fichier électoral et le refus de la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante) d’ouvrir son serveur central aux experts de l’Opposition politique, les combattants du parti d’Etienne Tshisekedi sont invités à prendre part à un meeting populaire qui se tiendra devant l’esplanade du bâtiment de l’OCPT (Office Congolais des Postes et Télécommunications), sur le Boulevard du 30 Juin, à quelques encablures du cabinet du Gouverneur de la ville de Kinshasa, André Kimbuta.

La grande interrogation du moment reste celle de savoir si les autorités politiques, administratives et policières de la capitale vont encadrer cette manifestation politique pacifique, comme le recommande la loi relative aux activités des partis et regroupements politiques ou si elles vont, comme par le passé, donner aux forces de police la consigne de la réprimer brutalement. C’est ici le lieu de rappeler l’esprit et la lettre des textes en vigueur relatifs aux manifestations publiques, notamment les dispositions supprimant l’autorisation préalable de l’autorité compétente de la juridiction concernée.

La répression systématique et sanglante des marches pacifiques des combattants de l’UDPS le 4 juillet, le 29 septembre et le 06 octobre a surpris plus d’un observateur, en raison de leur caractère légal d’abord et non violent ensuite. Dans les trois cas, les dérives ont signées par la police, avec le concours actif des marginaux dénommés « Pomba », instrumentalisés pour les besoins de la cause. Tout se passe comme s’il était interdit à un parti ou un regroupement politique de dénoncer ce qu’il considère comme la non transparence du processus électoral.

Lorsque l’on assiste à des scènes horribles montrant des policiers en train de tirer à balles réelles sur des manifestants non armés ou de leur jeter des pierres et des gaz lacrymogènes, il y a de quoi douter du professionnalisme de ces éléments commis au maintien de l’ordre et de la sécurisation du processus électoral.

Plus d’une fois, certains responsables politiques et policiers ont eu à invoquer la prétendue attitude belliqueuse et incivique des combattants de l’UDPS. Et, pourtant, ceux-ci avaient déjà fait la démonstration de leur discipline et de leur culture de non violence lors du retour de Tshisekedi à Kinshasa, le 8 décembre 2010, de son meeting au stade Tata Raphaël le 24 avril 2011, ses tournées et meetings à de Lubumbashi, Kasumbalesa, de Likasi, Kipushi et Kolwezi du 26 juillet au 07 août au Katanga, de son meeting au stade des Martyrs le 08 août 2011. Bref, chaque fois que la police, les services de sécurité et les « Pomba » du PPRD ne se mêlent pas de leurs affaires, les activités de l’UDPS se passent dans l’ordre et la discipline.

Kimp

Leave a Reply