Mbuyu en appelle au vote urgent de la loi sur les Hydrocarbures

Ouverts le mercredi 24 mars par le vice-premier ministre Simon Bulupiy, les travaux du 4ème Congrès Africain du Pétrole et Exposition (CAPE) ont été clôturés, le vendredi 26 mars 2010, par le ministre des Hydrocarbures.Dans son discours de clôture, Célestin Mbuyu a dit toute sa joie pour le bon déroulement des travaux ainsi que les conclusions et recommandations qui en résultent.

«Ce carrefour d’échanges et de partage d’expertises, de développement des liens entre décideurs, professionnels du secteur et investisseurs potentiels ou établis, a certainement permis à toutes et à tous d’aborder une multitude de sujets passionnants pour traiter des questions de stratégies, d’opportunités de développement des activités pétrolières, d’investissements, de partenariat et bien d’autres », a déclaré le ministre congolais des Hydrocarbures et président sortant du Cape IV.

Avant d’indiquer que tout le secteur pétrolier a été visité et revisité en marge de ces assises. Cela à partir du thème général choisi « plus de 100 milliards de barils de réserves prouvées de pétrole : opportunités, défis et développement pour l’Afrique ».

En plus, les exposés ont été faits par des éminentes personnalités, hommes de terrain et chercheurs de renommée qui ont développé des sous-thèmes ci-après : l’investissement dans l’industrie pétrolière en Afrique, la promotion de l’industrie du gaz en Afrique et la dépendance énergétique, le renforcement des capacités locales dans l’industrie pétrolier en Afrique, les nouvelles opportunités de joint-venture en exploitation-production en Afrique, le potentiel en pétrole et en gaz et projets en République démocratique du Congo, le renforcement des capacités financières dans l’industrie pétrolière en Afrique, les projets de transport des hydrocarbures par pipeline en Afrique, les technologies de l’information et de la communication dans l’industrie pétrolière ainsi que l’innovation technologique du service de l’exploitation-production.
En outre, le Cape IV a permis aux participants de renforcer la coopération africaine dans toutes ses dimensions et la promotion de l’investissement pour un partenariat gagnant-gagnant.

« Pour notre pays la République démocratique du Congo, les énormes potentialités en hydrocarbures telles que présentées par différents orateurs, ont poussé l’Etat congolais à réfléchir sur un code des hydrocarbures moderne et attractif », a signalé le ministre Mbuyu, qui a rappelé que le projet de loi sur les hydrocarbures se trouve actuellement à l’Assemblée nationale pour une deuxième lecture, après que le Sénat l’ait voté.
Son vœu est de voir le Parlement faire diligence dans le vote de cette loi en vue de permettre au pays de jouir de sa manne pétrolière.
« Notre Représentation nationale, Députés et Sénateurs, se sont penchés et se penchent encore sur ce projet de loi dans le seul souci de donner à la nation un cadre juridique, lequel incitera les investisseurs à venir nombreux pour un boum pétrolier que nous attendons et appelons de tous nos vœux en République démocratique du Congo ».

Des recommandations

Le discours du ministre congolais des Hydrocarbures  a été précédé par la lecture des conclusions et recommandations ayant sanctionné les travaux par le Secrétaire exécutif de l’APPA (Association des producteurs de pétrole africains), Gabriel Dansou Lokossou.
En résumé, les participants au Cape IV ont recommandé entre autres la création d’un cadre juridique et contractuel susceptible d’attirer les investisseurs, l’amélioration des infrastructures, l’utilisation rationnelle du gaz, le transfert des technologies, la préservation de l’environnement, etc.
Enfin, il faut retenir que 16 pays membres de l’APPA, 4 non membres ainsi que l’Union Africaine, 53 sociétés et services du secteur pétrolier ont pris part aux travaux de Kinshasa. Le Cape V aura lieu au Gabon, en 2013.
Par ailleurs, la Côte d’Ivoire abritera le Conseil des ministres de l’APPA, en 2011.  

Dominique Mukenza

Leave a Reply