Matata qualifie la décision du FMI contre la RDC de disproportionnee

 

La situation politique et sécuritaire du pays ainsi que celle du secteur de l’économie nationale ont été les points essentiels de la conférence de presse tenue le vendredi 07 décembre à l’Hôtel du Gouvernement, en présence de plusieurs ministres. Augustin MATATA Ponyo tenait à poursuivre la ligne de conduite qu’il s’était tracée à son arrivée à la tête de l’exécutif, en rendant régulièrement compte de la marche des affaires de l’Etat.

Rupture avec le FMI…

La brouille avec cette institution du système de Breton Woods est consécutive à l’appréciation défavorable de ses services quant aux progrès réalisés dans le domaine de la gouvernance du secteur minier, a répondu Matata Ponyo. Une décision disproportionnée car, selon le Premier ministre, le seul point de divergences d’interprétation entre le gouvernement et les services du FMI concerne la transaction relative à la cession des 25% des parts de la Gécamines dans la COMIDE, pour laquelle Kinshasa a pourtant publié le procès-verbal y relatif. La non réalisation des 4ème, 5ème et 6 ème revues n’est pas due à la mauvaise gouvernance. Cela n’empêchera  pas le gouvernement de poursuivre son programme de stabilisation du cadre macroéconomique, d’intensifier les réformes structurelles et d’améliorer le climat des affaires, a juré le Premier ministre.

Revenant sur la prise de la ville de Goma par des éléments du M23 fortement appuyés militairement et diplomatiquement par le Rwanda, selon les différents rapports des experts des Nations Unies, le Premier ministre a indiqué «que ces éléments n’ont pas hésité à piller et emporter de nombreux biens meubles tels des véhicules de l’Etat vers une destination connue d’eux-mêmes». Le plus flagrant, c’est qu’ils ont emporté des engins de l’Office des Routes servant à l’aménagement des routes d’intérêt public, a-t-il ajouté. Sans oublier les viols massifs, les tortures infrahumaines pendant leur séjour dans le chef-lieu de la province du Nord Kivu et ses environs.

Succès diplomatique

MATATA Ponyo a rappelé que, malgré ce tableau sombre, le chef de l’Etat et son gouvernement ne vont pas croiser les bras. Des démarches se poursuivent sur le plan diplomatique, politique et militaire pour rétablir la paix et la sécurité sur l’ensemble du territoire national. Des résultats ont déjà été obtenus, tels que les résolutions du sommet spécial des chefs d’Etat et de Gouvernement tenu le 20 novembre dernier à Kampala. L’on épingle le retrait sans conditions de la ville de Goma et ses environs des éléments du M23, le redéploiement du 41ème bataillon commando des FARDC dans la ville de Goma depuis le lundi 3 décembre. Il y a ensuite la réouverture de l’aéroport de Goma au trafic aérien et la reprise du trafic sur le lac Kivu. Depuis le retrait de ces éléments, la vie a repris normalement dans le chef-lieu de la province du Nord-Kivu, où les écoles primaires, secondaires et supérieures, le commerce et les banques ont repris leurs activités normales. C’est dans ce cadre qu’une délégation du gouvernement conduite par le ministre de l’Intérieur a effectué une descente sur les lieux pour rassurer les populations locales et prendre des contacts utiles avec  les milieux divers de la société.

Toujours sur le plan politique et diplomatique, des discussions devraient se tenir dès le dimanche entre une délégation du M23 et celle de la République composée des délégués du gouvernement, des sénateurs, des députés et des représentants de la société civile du Sud-Kivu et du Nord-Kivu a indiqué MATATA Ponyo.

Le Premier ministre s’est déclaré fier de constater que son pays bénéficie de nombreux soutiens tant bilatéraux que multilatéraux. Sur le plan bilatéral, la France, Les Etats-Unis d’Amérique, la Belgique, la Grande Bretagne, l’Allemagne ne ménagent aucun effort pour appuyer le Congo face aux menaces qui pèsent sur son intégrité et sa souveraineté. L’Union Africaine, les Etats de la SADC, de la CEEAC, de la CIRGL, de l’Union Européenne ainsi que des Nations Unies ont redoublé leurs actions en faveur de la RDC pour décourager les puissances qui sont derrière le M23.

Bilan positif dans le domaine économico-financier

Aux dires du Premier ministre, l’état de l’économie et des finances publiques présente une stabilité macroéconomique soutenue, une gestion budgétaire orthodoxe et de meilleures perspectives de croissance économique. Le taux d’inflation à la fin du mois dernier était de l’ordre de 2,63 avec une projection de 2,85 à la fin de décembre, ce qui est de loin inférieur à l’objectif de 9,9 retenu dans le programme avec le Fonds Monétaire International. Le taux de change est stable car il se situe au niveau de 913 FC le dollar Us et cela depuis 2010. Quand au taux de croissance, le PIB se maintient à 7,2 % à la fin de cette année contre 6,9 en 2011 alors que la moyenne en Afrique Subsaharienne est de l’ordre de 5 %.

Grâce aux efforts du gouvernement, les réserves de l’ordre de 1.674 millions des dollars Us représentent 9,6 semaines d’importation. Ce qui permet au gouvernement de ne plus recourir à l’emprunt international pour financer les importations.  On a réalisé ainsi une reconstitution de 402 millions des dollars Us par rapport à l’année dernière, s’est vanté le Premier ministre. Malgré la mise en circulation de nouvelles coupures à valeur faciale très élevée, notamment les billets de 1.000, 5.000, 10.000 et 20.000 Francs congolais, cela n’a pas influencé négativement les prix intérieurs et la valeur externe du franc congolais. La planche à billet de triste mémoire est classée aux oubliettes. C’est pourquoi le Compte Général du Trésor public, y compris l’amortissement de la dette, indique un excédent de 258 milliards CDF, résultant des recettes de 3.309 milliards et de dépenses de 2.947 milliards CDF.  Cette discipline budgétaire permet la régularité de la paie des agents et fonctionnaires de l’Etat ainsi que de tous ceux qui émargent du budget de l’Etat. La bancarisation de la paie, une réforme d’envergure, grâce à laquelle l’on a pu dénicher les milieux maffieux, notamment le système de retenue d’un pourcentage sur le salaire des bénéficiaires pour diverses raisons mensongères et fantaisistes, a permis de réaliser des économies mensuelles d’environ 1,5 milliards CDF sur les enveloppes salariales. Après les fonctionnaires, c’est le tour des militaires et des policiers de bénéficier des effets heureux de cette bancarisation dès le mois de mars prochain, a promis MATATA Ponyo. 

Projets de développement intégral 

C’est grâce à cette discipline budgétaire que le gouvernement vient de lancer de nombreux projets de développement intégral. MATATA en a énuméré quelques uns, dont entre autres la commande de 200 bus de transport en commun dont le premier lot de 60 véhicules va arriver au milieu du mois de janvier prochain. Vingt milliards de francs congolais seront affectés à la campagne agricole et le projet de réunification routière bénéficie d’une enveloppe de l’ordre de 40 milliards des Francs congolais, de sorte que dans deux, ans un kinois pourra rejoindre par route les villes de Kananga, Mbuji-Mayii, Lubumbashi, Mbandaka, Kisangani, etc. Sur le plan financier, la SOFIDE a reçu un financement de l’ordre des dix milliards des francs congolais. Alors que c’est depuis dix ans que cette institution bancaire ne bénéficie d’aucun financement, s’est vanté MATATA. Une enveloppe de vingt millions des dollars Us a été affectée à l’Enseignement Primaire, secondaire et Professionnel afin donner aux écoles un visage humain. Ce montant va servir à acheter des tôles, bancs, livres et autres matériels didactiques.

FM

Leave a Reply