Mary Robinson insiste sur le désarmement du M23

maryroL’Envoyée spéciale de l’ONU pour les Grands Lacs, Mary Robinson, a encore exhorté, hier mardi 3 septembre 2013 septembre à Kinshasa, les rebelles du M23 à «désarmer». Elle a confirmé cette option à l’issue de l’audience lui accordée par le Coordonateur du Mécanisme national de suivi de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba, (MNS) François Muamba Tshishimbi, dans son cabinet de travail à Gombe.  

Le Mouvement du 23 mars (M23) «doit cesser la violence, doit se désarmer comme le Conseil de sécurité (de l’ONU) l’a demandé», a déclaré Mary Robinson. Puis d’ajouter qu’on a essayé «une réponse militaire qui a réussi», maintenant «il y a une fenêtre de possibilités politiques», insistant une nouvelle fois sur la nécessité de privilégier également une résolution politique au conflit qui oppose le M23 aux forces loyalistes depuis mai 2012 dans la province du Nord-Kivu. D’ores et déjà, elle a souligné que, outre les Nations-Unies, plusieurs acteurs de la Communauté internationale sont d’accord avec ce schéma, parmi lesquels l’Union européenne.

«La RDC et la région ont besoin de paix, de stabilité et de développement économique. Cela ne peut être réalisé qu’en s’attaquant aux causes profondes du conflit à travers un processus politique global», avait-elle déclaré dimanche à son arrivée à Kinshasa.

            Nous avons appris qu’en guise de réponse à l’appel de Mary Robinson, le lieutenant-colonel Vianney Kazarama, porte-parole militaire du M23, a déclaré : « nous sommes prêts à déposer les armes» uniquement «si le gouvernement de Kinshasa répond à notre revendication légitime ». Les rebelles, pour rappel, luttent notamment pour une meilleure représentation des droits des Tutsis congolais.

            Notons que ce mercredi, Mary Robinson doit se rendre à Kampala pour un sommet extraordinaire de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) prévu ce jeudi et, vendredi, à Kigali.

Tshieke Bukasa

Leave a Reply