Manœuvres de déstabilisation de l’Eglise Catholique

cenco-cardinal-et-eveques-rdcLes milieux chrétiens catholiques, toutes tendances confondues, sont convaincus que tout ce qui s’est passé avant et après la désignation de l’Abbé Apollinaire MALUMALU à la tête de la CENI rentre dans le cadre d’une campagne d’affaiblissement de leur Eglise. Ils attendent de leurs évêques réunis depuis lundi en assemblée extraordinaire de la CENCO au Centre Interdiocésain de Kinshasa des signaux forts pour crédibiliser leur Eglise et relancer la dynamique pastorale. Ainsi, placés devant leurs consciences, les évêques du Congo ont entre leurs mains l’avenir de l’Eglise Catholique du Congo. Ils n’ont pas droit à l’erreur ni aux demi-mesures, moins à la langue de bois.

Après le porte-parole de la CENCO et celui du C.A.L.C.C. ou Comité d’Actions des laïcs Chrétiens Catholiques, l’un des Abbés les plus en vue de l’Archidiocèse de Kinshasa est monté au créneau pour mettre les points sur les « i ». L’Abbé LUYEYE, puisque c’est de lui qu’il s’agit, n’a pas mis des gants pour mettre au défi quiconque aurait des éléments des preuves établissant le changement de la position de l’Eglise Catholique du Congo au sujet de la désignation de l’Abbé MALUMALU à la tête de la CENI.  Pour l’Abbé LUYEYE, l’Eglise Catholique n’a jamais désigné qui que ce soit et encore moins l’Abbé MALUMALU à la CENI. A la question de savoir si Mgr Melchisédech SIKULI, évêque du diocèse de Butembo-Beni dont dépend l’Abbé MALUMALU, avait donné sa bénédiction à ce dernier pour siéger à la CENI, L’Abbé LUYEYE a été des plus clairs. La position de la CENCO engage tous ses membres dont particulièrement l’évêque de Butembo-Beni, a-t-il précisé sans ambages.

Il a ensuite fait savoir que le Vatican venait de confier depuis le mois de janvier dernier à l’Abbé MALUMALU des fonctions pleines qu’il avait librement acceptées et avait déjà commencé sa mission à la grande satisfaction des autorités ecclésiastiques du pays. L’Eglise Catholique attend la position finale de l’intéressé. Dès lors qu’à la CENI, il aura aussi à exercer des fonctions pleines. Autant dire que l’intéressé aura à choisir entre les deux charges pleines, a indiqué l’Abbé LUYEYE.

L’Abbé LUYEYE est allé plus loin en regrettant que les députés nationaux ne se soient pas rendus compté d’avoir porté leur choix sur quelqu’un qui ne dispose pas d’un mandat actif de son organisation à l’instar d’autres candidats provenant de la société civile et des partis politiques tant de l’opposition que de la majorité. Qui l’a donc mandaté, étant donné que tous les autres candidats avaient été présentés, chacun, par son corps, sauf l’Abbé MALUMALU ? N’est-ce pas une violation flagrante de la loi portant création de la CENI !

 Tous les yeux sont donc braqués vers la CENCO pour connaitre la position des évêques du Congo par rapport au piège qui leur est tendu. Vont-ils confirmer leur position ou trouver à l’Abbé MALUMALU une porte de sortie honorable ? D’ores et déjà, des réunions se succèdent les unes après les autres au niveau du Comité d’Actions des Laïcs Chrétiens Catholiques.

F.M.

Leave a Reply