Maker Mwangu : la formation continue conditionne la qualité de l’enseignement

IMG_0463«L’inauguration du Centre de Documentation de Kenge, dans la Province éducationnelle de Bandundu 3, est l’occasion pour nous de rappeler à tous que la formation continue des enseignants est une des réformes importantes pour un enseignement de qualité dans notre pays. L’enseignant qui est le centre de l’enseignement et des apprentissages, doit s’adapter aux évolutions politiques, socio-culturelles et pédagogiques pour être compétitif et compétent ».  Maker Mwangu Famba qui s’exprimait ainsi à l’occasion de cette inauguration est ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (EPSP). Il avait accepté ce déplacement de Kenge à cause de l’importance qu’il dit accorder à la promotion de l’enseignement en général et de l’enseignement primaire en particulier. Il est venu inaugurer ce centre installé ici par le Projet « Initiatives francophones pour la formation à distance des maîtres (IFADEM) ». A l’occasion il s’était fait accompagner de plusieurs partenaires techniques et financiers du secteur éducatif, en particulier ceux qui financent les projets IFADEM et « Appui à l’Enseignement Primaire (IFADEM/APEP) ». Selon le ministre, depuis l’adoption du Plan Intérimaire de l’Education (PIE) par le gouvernement de la République en 2012, le ministère de l’EPSP s’est engagé sur la voie des réformes en vue d’améliorer l’accès, la qualité et la gouvernance du Système éducatif congolais ; d’où la nécessité et l’obligation d’une formation en plein emploi, car les programmes, les outils pédagogiques et les méthodes d’enseignement évoluent.

            Cette évolution, a-t-il constaté, est encore plus rapide dans le domaine des Technologies de l’information et de la communication qui obligent de se former sans relâche. C’est ainsi qu’il a dégagé deux des objectifs spécifiques du PIE, à savoir, primo, renforcer des capacités techniques et professionnelles des instituteurs et institutrices par l’acquisition des approches et procédés adéquats dans la conduite des leçons de lecture, d’écriture et des mathématiques et secundo, assurer aux instituteurs et institutrices la maîtrise des langues d’enseignement que sont les langues congolaises – les Kikongo, Lingala, Tshiluba et Swahili – et la langue française ; cela pour bien enseigner dans les classes de trois degrés élementaires, moyen et terminal du cycle primaire. Enfin, il a salué l’implication dans ce projet de l’Agence Française de Développement (AFD), de l’Agence Universitaire Francophone (AUF) et de la Coopération Technique Belge (CTB).

3000 maîtres ciblés pour renforcement des capacités

            Dans son mot de circonstance, Franck Torrès, chef du projet  a noté que IFADEM/Kinshasa se distingue par l’importance de son public cible : elle s’adresse à 3.000 maîtres répartis dans 3 sous-divisions éducationnelles que sont Kasangulu (Bas-Congo), Kimbanseke (Kinshasa) et Kenge (Bandundu). La formation de l’IFADEM est appuyée par 4 livrets conçus localement en coordination  avec deux experts internationaux ; deux livrets sont consacrés à l’apprentissage du Français dans ses composantes écrites et orales. Franck Torrès a expliqué aussi qu’un autre livret insère cet apprentissage dans son rapport à  l’une des 4 langues nationales de départ et un autre aide à l’application du nouveau programme du ministère de l’EPSP. A ce point, il a insisté sur l’adéquation du projet avec les priorités du ministère en matière de formation continue. Il a cité d’autres outils pédagogiques mis à la dispositions des enseignants à travers ce centre : des tablettes numériques avec vidéoprojecteurs intégrés ; des kits pédagogiques constitués d’un exercisier et d’une grammaire ; plus de 160 ouvrages pédagogiques et un  parc informatique permettant des recherches sur internet.

            Mme Astrid Buka,  commissaire de district de Kwango a pris aussi la parole pour remercier tous ceux qui se sont mobilisés pour la matérialisation de ce projet. Elle a souligné que le Kwango n’a pas d’industrie, la première industrie du coin c’est l’EPSP qui aide à éveiller les intelligences dans la population. Elle a remercié pour cela le ministre de l’EPSP et le Président de la République. Elle a réceptionné un lot important des dictionnaires envoyés par la Présidence de la République, pour toutes les classes de sa juridiction.  Enfin, Eric de Milliano, représentant résident adjoint de la CTB et Jean-Christophe Maurin, directeur AFD/RDC ont également pris la parole et souligné leur attachement au relèvement du secteur éducatif dans notre pays par diverses actions qu’ils ont entrepris et comptent entreprendre dans l’avenir.

SAKAZ 

Leave a Reply