Luzolo Bambi a réinstallé «Congoloisirs»

Déguerpie illégalement,  le jeudi 5 janvier dernier,  suite à l’exécution d’un arrêt de justice mal rendu et réinstallé le lendemain par Luzolo Bambi, le  Garde des sceaux,   Emilie Shako, Directrice générale  du parc de jeux Congoloisirs , a animé hier, Lundi 9 janvier,   dans le complexe qui abrite cet établissement qui œuvre dans la restauration, l’événementiel et le divertissement pour enfants une conférence de presse. C’était pour fixer  l’opinion et  rassurer tous  ceux qui  fréquentent cet espace situé sur l’avenue  ex-24 novembre,  dans la concession de la congrégation des Frères des écoles chrétiennes sur la mésaventure dont elle a été victime.

D’emblée, la gérante du lieu a salué face à cette situation  d’injustice avérée   qui frise le trafic d’influence,  la réaction prompte et responsable  du patron de la justice congolais qui a ordonné que CongoLoisirs soit rétabli dans ses droits   pour reprendre normalement le cours de ses activités. Il a ainsi mis hors d’état de nuire tous les malfrats qui essaient de spolier le patrimoine d’utilité publique ou communautaire destiné à l’éducation de la jeunesse pour de fins inavouées.  Dénonçant un dysfonctionnement  de la justice congolaise à cause du non respect  de la propriété privée,  Emile Shako a justifié  l’intervention salutaire du ministre Luzolo Bambi par le fait  qu’il n’y avait  aucun arrêt à exécuté.  Ce, malgré que  la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe, elle-même   avait pris un arrêt le  29 décembre dernier, arrêt  dans lequel elle ordonnait la suspension de l’exécution d’un jugement irrégulier  dont se prévaut  la succession Mpengo, a-t-elle ajouté.

Présent également à cette entrevue, maitre Pompon  Manzeku, conseil de Congoloisirs a regretté le caractère irrégulier de la saisine de la justice du fait que si elle devait avoir lieu, elle  aurait du plutôt  être dirigée  contre le bailleur, propriétaire des lieux depuis 1900 et non sa cliente qui n’est qu’un simple locataire. Malheureusement, a-t-il épinglé,  pour un motif non encore connu,  pendant que sa cliente se concertait avec son bailleur dont les rapports sont au beau de suites à réserver  à cette escroquerie au travers du jugement rendu sur  opposition dit exécutoire par la même juridiction,  le 11 août dernier, jugement pour lequel son client avait déposé ses moyens de défense , la partie adverse faisant fi de ses mesures conservatoires, s’est empressée de  porter atteinte à la propriété privée en jetant sans ménagement ses effets sur le trottoir, occasionnant par la même action de pertes de toutes sortes et un manque à gagner non encore estimé.
Ainsi, pour avoir à la fois porté atteinte  à l’image et à la réputation de cette entreprise en règle avec le fisc,  son bailleur et sa clientèle, CongoLoisirs compte demander  réparation par voie judiciaire, a indiqué la gérante.

Aussi, en l’absence de toutes les aires de jeux et parcs   propices à développer l’intelligence des enfants de la capitale victimes de spoliation ou de projets immobiliers véreux, celle-ci a interpellé l’autorité en affirmant que mettre fin à cette aire de jeux, c’est mettre non seulement en chômage son personnel, mais plus grave, c’est livrer les enfants à la merci des « Kuluna » dont la barbarie n’est plus à présenter.

A.Vungbo

Leave a Reply