Lutte contre la megestion des frais scolaires : comptes bancaires désormais obligatoires pour les écoles publiques

La date du 23 décembre 2010 restera gravée dans l’histoire comme celle où les premières écoles publiques sont allées ouvrir leurs comptes dans une banque pour y verser tous les frais scolaires et pour que désormais les parents ne paient ces frais que par la banque et n’amènent aux gestionnaires que les bordereaux faisant foi. Cette mesure sera d’application stricte à partir de la rentrée des vacances de Noël  en janvier 2011. Trois écoles se sont acquittées jeudi de cette obligation civique dans deux agences de la Fi-bank. Il s’agit de l’I.T.P./Ngaliema, de l’I.T.I./Gombe et du Collège de la salle. Aussi bien les chefs d’établissements, les présidents des comités scolaires que les représentants des enseignants présents ont reconnu la nécessité d’une telle obligation pour le bon fonctionnement des écoles et éviter toutes tensions ou suspicions dans la gestion des frais scolaires.

     Le ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel (E.P.S.P.), Maker Mwangu Famba tient, par cette opération désormais obligatoire pour toute école publique, à promouvoir la bonne gestion des frais scolaires dans les écoles publiques et à décourager toute tentative d’utiliser ces frais sans l’aval des Comités scolaires de gestion. Pour atteindre cet objectif, il a demandé et obtenu l’autorisation spéciale du ministre des Finances pour que les écoles publiques ouvrent des comptes dans les banques. Les écoles privées agréées ont déjà cette obligation dans les conditions d’obtention de tout agrément.
 
Un nécessaire partenariat avec les banques
          Par sa note circulaire signée le 01 décembre 2010, le premier responsable de l’Epsp a signalé à tous les responsables scolaires, tant du niveau national que provincial, que des contacts utiles ont été pris avec quelques institutions bancaires membres de l’Association Congolaise des Banques et auprès desquelles les établissements devront ouvrir leurs comptes. Le ministre précise que l’arrêté portant création de l’Etablissement constitue l’acte juridique à présenter lors de la demande d’ouverture de compte.
          Pour sécuriser le compte, le ministre a fait savoir également que la demande d’ouverture devra être conjointement signée par le chef d’établissement, le représentant des enseignants et le représentant des parents d’élèves. Ces trois signatures, valables pour une année scolaire, seront requises pour débiter le compte. En outre, pour raison de traçabilité des opérations et de contrôle de gestion, le ministre prévoit que les responsables communautaires et ceux des services déconcentrés de l’EPSP – tels que le directeur provincial de l’Epsp, le directeur sous-provincial de l’Epsp, le coordonnateur, le sous-coordonnateur et le conseiller résident – aient, s’ils le requièrent, un droit de regard sur ce compte. Cette première expérience est limitée à Kinshasa et à Lubumbashi, dans la province de Katanga avant d’être généralisée à d’autres provinces du pays..               

SAKAZ

Leave a Reply