L’Unicef au secours de l’école maternelle

Le Fonds de Nations Unies pour l’Enfance (Unicef) a remis au ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (E.P.S.P.) 5.000 exemplaires du programme de l’enseignement maternel, des fournitures et matériel de bureau ainsi que trois motos pour permettre aux planificateurs oeuvrant au sein des divisions kinoises de l’Epsp d’améliorer le processus de collecte des données scolaires. Cette remise de don s’est déroulée le mercredi 10 mars 2010 à l’Inspection générale de l’Epsp, à la Gombe, devant plusieurs hauts cadres de l’Epsp et gestionnaires scolaires de la capitale.

Prenant la parole à cette occasion, Prosper Luthuli Gay, inspecteur général de l’Epsp, qui représentait le ministre Maker Mwangu Famba empêché, a noté que l’encadrement du jeune enfant est d’une importance capitale pour l’éveil des potentialités pendant les trois années qui précèdent sa véritable scolarisation. Comme pour tout apprentissage, dit-il, il existe un programme national de l’enseignement préscolaire depuis l’année scolaire 1996-1997 élaboré avec le financement de l’Unesco. Aujourd’hui enrichi et actualisé grâce à l’appui matériel et financier de l’Unicef, ce nouveau programme s’inscrit dans l’approche intégrée du développement du jeune enfant. Il a insisté pour que ce programme soit distribué gratuitement dans les écoles maternelles et a demandé aux utilisateurs d’en faire bon usage en le conservant jalousement pour que d’autres appuis ultérieurs, d’où qu’ils viendront, le soient en complément.

Auparavant, Mme Joséphine Mabala Owani, inspectrice générale adjointe chargée de l’Enseignement maternel a prononcé le mot de bienvenue en soulignant le fait que, par cette cérémonie, le ministre tenait à voir l’inspection générale jouer pleinement son rôle de locomotive, de contrôle des enseignement dispensés dans les écoles et d’en évaluer la qualité par rapport aux curricula énoncés par l’Etat. Elle a affirmé que, de cette instruction, l’inspection en a toujours fait sa préoccupation primordiale et quotidienne car elle est à l’heure actuelle le levier du redressement de notre système éducatif.

Toutefois, elle pense qu’il reste une importante étape, celle de la distribution de ces outils pédagogiques à leurs premiers utilisateurs  ainsi que leur appropriation dans son architecture actuelle, notamment aux inspecteurs et aux écoles tant de Kinshasa que de l’arrière pays. A ce sujet, elle avoue que l’Inspection générale compte encore sur la magnanimité de  l’Unicef.

L’Unicef appuiera la distribution gratuite dans l’arrière-pays

Pour le Représentant de l’Unicef, ce n’est nullement le fait du hasard que depuis quelques années, il y ait des rencontres et d’activités autour de l’éducation préscolaire,  mais bien de la reconnaissance croissante de la nécessité d’interventions  précoce chez le jeune enfant. Il a rappelé que le premier objectif défini par la communauté internationale pour atteindre l’éducation pour tous d’ici à 2015, concerne  bien ce cycle d’enseignement, car a-t-il indiqué, il s’agit de « développer et améliorer sous tous leurs aspects la protection et l’éducation de la petite enfance et, notamment des enfants les plus vulnérables et défavorisés ». C’est ainsi qu’il a énuméré trois actions importantes mises en place dans le cadre de la coopération avec la Rd Congo et l’Unicef. Primo l’appui multiforme apporté aux structures publiques, aux Ong et aux communautés locales pour l’implantation d’espaces communautaires d’éveil. En deuxième lieu, il s’agit de l’expérimentation dans 35 écoles primaires de Kinshasa et de Mbandaka, de l’approche « Child To Child », ou « Enfant à enfant ». Par cette approche et avec le soutien de leurs enseignants, des élèves de 5ème et 6ème primaires, sélectionnés parmi les plus doués, assurent la formation de 2.100 enfants de 5 ans, et les préparent à commencer l’enseignement primaire à l’âge légal de 6 ans. Tertio le Fonds de Nations Unies pour l’Enfance (Unicef) appuie les écoles maternelles publiques dans le renforcement des capacités des éducatrices et du personnel d’encadrement.  Et c’est dans cette perspective qu’il a financé la réécriture et l’impression de 5.000 exemplaires du programme de l’enseignement maternel. Il a enfin promis que son agence appuiera leur transport en province et la formation des noyaux de formateurs provinciaux.

SAKAZ

Leave a Reply