L’UDPS déplore le manque d’un leadership

En marge de la célébration du 30 juin 2012 qui marque les 52 ans de l’accession de la RDC à la souveraineté nationale   et internationale, L’Union pour la Démocratie et le Progrès Social a donné sa position  face aux problèmes du moment. 
Au cours d’un point de presse  animé mercredi 27 juin au restaurant  Cana dans la commune de la Gombe, le Secrétaire général intérimaire  de l’UDPS, Bruno Mavungu, accompagné d’autres cadres du parti.  Simon Kalenga , Augustin Kabuya …, L’UDPS a dressé un tableau sombre de la situation générale la RDC qui ne peut inciter aucun fils digne du pays à la réjouissance .
Bruno Mavungu a souligné que 52 ans après l’indépendance, la République Démocratique du Congo est encore couverte par le spectre de la misère et du sous développement qui classe ce pays potentiellement riche, la dernière sur   l’indice du développement humain IDH.
Il a déploré la crise de légitimité causé par le Holdup électoral du 28 novembre 2011   contre le choix du peuple congolais en faveur d’Etienne Tshisekedi, candidat du changement .
Mavungu a dénoncé la Ceni et la cour suprême qui ont proclamé des résultats faux  comme en témoignent les différentes missions d’observation nationales et internationales appuyés par l’église catholique.
 
Sur la situation à l’est, le secrétaire de l’UDPS a dénonce les complicités intérieures dans cette nouvelle guerre d’agression exécuté et commandité par les troupes étrangères, principalement le Rwanda dont la  présence a été mainte fois attestée. 
Il s’est dit convaincu que cette guerre a  pour cause  principale, le manque d’un leadership efficient au pays.
«  Minées de l’intérieur, les  FARDC  sont dans l’incapacité  de défendre l’intégrité territoriale   » s’est –il plaint 
Parlant de la mise en circulation des nouveaux billets, Mavungu  déclaré que cette opération ressemble comme une goutte d’eau à celle de l’époque du dictateur Mobutu avec ses billets de 5 millions de Zaïres baptisés Dona Beija.
L’UDPS a par  bouche de son secrétaire général condamné la barbarie avec laquelle le pouvoir en place a détruit le  petit commerce à Kinshasa.  
Tout en saluant la prolongation de la mission de la Monusco, l’UDPS a néanmoins réclamé le changement de sa direction actuelle .
Concernant l’affaire Diomi, Mavungu a promis de la soumettre  d’abord à son président national Tshisekedi avant de donner la position de l’UDPS
 
ERIC WEMBA 

Leave a Reply