L’Opposition Républicaine exige le respect de la Constitution

logo-constitution-EN-RDC-1Créée le 14 février 2014, l’Opposition Républicaine a effectué hier mardi 9 décembre sa sortie officielle. Cadre choisi : le centre d’événements Romeo Golf, dans la commune de Gombe.

            Placée sous la direction de Léon Kengo wa Dondo en sa qualité d’autorité morale de la plateforme, la cérémonie d’occasion de retrouvailles pour quelques figures bien connues de la scène politique nationale, en particulier celles ayant fait l’actualité pendant la 2ème République. Parmi les présences remarquées, on peut citer celles de Gérard Kamanda wa Kamanda, Ndom Nda Ombel, Ndolela, Siluvangi… et bien entendu de Mokonda Bonza Florentin et Kitenge Yezu, respectivement modérateur et président du comité des sages de l’OR.

            Deux temps forts ont marqué l’essentiel de la cérémonie. A savoir : la présentation par le président du comité des sages des chefs des partis politiques membres du regroupement suivi de celle des organes dirigeants et leurs animateurs, et le discours du modérateur de l’Opposition Républicaine.

            Le discours prononcé par Florentin Mokonda Bonza était articulé autour de cinq points ci-après : les concertations nationales, la révision constitutionnelle, le processus électoral, l’Office National d’Identification de la Population, et les massacres de Beni.

Après avoir rappelé les circonstances ayant milité de la convocation des concertations nationales, l’orateur a justifié la participation de l’OR à ces assises. C’était dans le but de contribuer à la recréation de la cohésion nationale mise à rude épreuve par les élections chaotiques de 2011 et la rébellion du M23, a-t-il soutenu.

            S’agissant de la révision constitutionnelle, l’OR réitère son opposition à cette démarche initiée en son temps par la majorité présidentielle. Elle réserve la fin de non recevoir à l’initiative visant la révision des articles verrouillés de la constitution, en l’occurrence l’article 220.

            Quant au processus électoral, la plate forme soutient le principe de la publication d’un calendrier global incluant tous les scrutins, en commençant par les élections locales, municipales et urbaines en vue de promouvoir la démocratie à la base et d’asseoir la décentralisation.

            « Tirant les leçons des élections de 2006 et de 2011, l’Opposition Républicaine recommande vivement l’établissement d’une part, d’un calendrier consensuel et global, afin de prévenir tout dérapage futur et d’autre part, d’un nouveau fichier électoral fiabilisé prenant en compte tous les jeunes qui ont atteint entretemps l’âge de 18 ans ».

            Concernant l’ONIP (Office National d’Identification de la Population), l’Opposition Républicaine dénonce sa composition monocolore, et exige sa révision afin d’intégrer l’opposition et la société civile.

            Enfin, parlant de l’insécurité qui a élu domicile dans la partie orientale du pays, l’orateur a fait savoir que l’OR cherche à comprendre le but poursuivi par les groupes qui sèment la terreur à Beni et son hinterland. « En deux mois, des assassinats odieux ont été perpétrés et l’on y déplore près de 300 pertes en vies humaines sans que les services de sécurité n’identifient clairement les coupables. La tragédie est d’autant plus intolérable que le week-end dernier, les médias annonçaient l’assassinat de plusieurs dizaines d’autres personnes », a-t-il déclaré.

Avant d’affirmer que ce qui se passe à Beni, est semblable à la situation que vivent les compatriotes du Sud-Kivu, Nord-Katanga, Haut et Bas-Uélé.

            Face à la situation, l’OR en appelle à l’instauration d’un dialogue permanent avec toutes les forces politiques et sociales en vue de solutions consensuelles à toutes les questions d’intérêt majeur engageant l’avenir du pays.                                Dom

Leave a Reply