L’OngBomoyi au secours des enfants déscolarisés de la capitale

 C’est l’action que compte  mener pour cette  rentrée scolaire 2014-2015,  cette Organisation  non gouvernementale de droits français,   dont le nom signifie « la vie » en Lingala, en faveur des enfants   des familles démunies et non scolarisés de la ville de Kinshasa, principalement dans la commune urbano-rurale de la Nsele, dans la périphérie qui a été  choisie comme site pilote.  Cela,  à travers son antenne  implantée en République Démocratique du Congo.

« Aide-toi, le ciel t’aidera », pourrait-on dire. Cet élan plein d’humanité entre dans le cadre de sa mission de solidarité internationale mais également pour  contribuer tant  bien que mal à l’atteinte des objectifs du millénaire, dont l’éducation primaire pour tous, et promouvoir l’égalité de sexes et l’autonomisation des femmes sont deux volets qui tiennent à cœur la fondatrice de cette Ong.

            Pour cause, cette Ong  qui veut œuvrer dans ce secteur à l’instar d’autres Ong de la Rd Congo veut résolument gagner la bataille contre  l’illettrisme et  l’analphabétisme, s’est fixée  comme défi à la rentrée scolaire de  scolariser et de remettre dans le circuit de l’enseignement primaire, secondaire, professionnel et maternel  avec une prise en charge complète près de deux enfants.

 Car, pense cette structure que dirige sa fondatrice et présidente Nana Shodu,  consciente de n’être qu’un maillon dans cette chaine de solidarité tant nationale qu’internationale,  plus  les membres d’une communauté sont-elles instruites, plus  on a la chance de vaincre  l’obscurantisme et d’autres préjugés et l’exclusion dont souffre encore la jeune fille et la femme dans notre société, a-t-elle souligné.

            Elle croit  mordicus que dans Bomoyi, la femme  porteuse de la vie,  pilier de la culture,  courroie dans la transmission  de bonnes valeurs pour une société juste,  doit être instruite sur le plan intellectuel pour prendre totalement  en charge sa famille.

            Dans cet acte de solidarité  qui vient à point nommé  comme un bol d’air frais  pour soulager  les parents de cette commune, il s’agira  entre autres de prendre en charge les frais d’inscriptions, les fournitures scolaires , des uniformes ainsi que dans les limites de ses moyens la possibilité d’offrir un goûter ou un repas à ses enfants dans leurs milieux d’études.

            Notons que Bomoyi sans prétention et avec beaucoup de modestie, travaille déjà avec l’OngOrper, installée dans la commune de Kasa-Vubu  qui tient un centre ouvert  et dont certains enfants  ont été placés dans un centre fermé voir comment sélectionner quelques enfants pour être pris en charge.

             Selon  Nana Shodu,  fort de son expérience à l’internationale pour avoir travaillée pendant neuf ans  à l’OCDE sur des projets visant à développer l’investissement dans le pays africains, l’ambition  de son Ong  est  de se déployer sur l’ensemble du continent.

VAN

Leave a Reply