Listes des, députés absentéistes : l’épée de Boshab

Va-t-il ou non publier sa liste ? Et laquelle ? Celle des députés qui ont crevé le plafond des absences non motivées conformément au règlement intérieur de la chambre basse. Depuis qu’il a promis de rendre publique cette liste et au fur et à mesure que le temps s’écoule vers les toute dernières vacances parlementaires avant les élections générales dont le démarrage est prévu au mois de novembre prochain avec la présidentielle et les législatives couplées, tous les regards sont tournés vers le speaker de l’Assemblée nationale. Toutes les conversations sont focalisées depuis un certain temps sur cette épée de Damoclès suspendue sur les têtes de ceux des députés nationaux ayant battu le record des  absences non motivées dans la salle des Congrès du Palais du Peuple. Parmi eux, ceux qui totalisent trop d’absences depuis le début de cette législature et qui, conformément au règlement intérieur devraient être déclarés déserteurs avant de se voir ainsi notifiés  pour être remplacés par leurs suppléants.

On indique que c’est la mort dans l’âme que le speaker de la chambre basse a été amené à envisager une telle décision qui, somme toute, renferme une connotation sentimentale et politique sans pareille en ce temps où va sonner l’heure de vérité. D’autant que ces absentéistes se recrutent dans tous les camps, toutes tendances confondues.

La goutte qui a fait déverser le vase…

C’est jamais vu ! Une plénière régulièrement convoquée et dont le quorum de siège n’est pas atteint ! Cela s’est passé à la rentrée de cette session parlementaire de mars lors de la première séance plénière de la chambre basse. Et cela, en présence des invités de marque dont des membres du gouvernement, des ambassadeurs et chefs des missions des corps diplomatiques accrédités à Kinshasa. Au moins six séances plénières furent carrément boycottées au motif non avoué mais chuchoté à voix basse à travers les couloirs de cette bâtisse de la commune de Lingwala. Pour les uns, ce boycott était dû à la question « du solde » et lequel ? Personne n’a pu en dire plus, mais toujours est-il que la grande majorité des députés s’étaient curieusement inscrits à l’école buissonnière tout en déambulant dans les couloirs du Palais du Peuple sans pour autant dépasser le seuil de la grande porte. Ils se permettaient même de tenir des réunions ouvertes dans le grand Hall, au restaurant et jusque sur le parvis. D’autres ne se gênaient de faire un tour du côté des cabinets des membres du Bureau pour y obtenir qui, une audience, qui, certains documents administratifs. On se rappelle d’une plénière qui fut renvoyée par faute de quorum de siège et curieusement sous les applaudissements nourris de ceux qui avaient pris place dans la salle.

C’en était trop pour le président de l’Assemblée nationale qui, sans retenue et de sa voix grave de baryton, annonça du haut de la tribune qu’il allait frapper et fort dans les prochains jours pour mettre fin à ces pratiques honteuses.  Avait-t-il été entendu ? C’est possible, mais toujours est-il qu’il fut aidé par l’annonce de l’examen de la loi électorale. C’est alors que les esprits se sont réveillés. Le quorum de siège et de prise de décision fut atteint et même largement dépassé tout au long de ces séances plénières qui aboutirent au rejet par vote à main levée de toutes les incises jugées liberticides par la majorité des députés, toutes tendances confondues et cela au grand dam de leurs initiateurs. 

Que va faire Boshab ?

Une véritable situation shakespearienne dans laquelle il se trouve, étant donné que les absentéistes se recrutent dans toutes les familles politiques, dont notamment son propre parti politique le PPRD dont il assume jusqu’à ce jour les fonctions de secrétaire général. Va-t- couper les têtes de ses amis politiques sans s’attirer les foudres des ténors et bien entendu des combattants du parti ? Comme ces listes sont à la portée de tous les députés qui depuis l’annonce de leur publication doivent les avoir reproduites en photocopies libres, il serait fort dangereux de procéder à une coupe partisane. En les publiant intégralement, ne court-t-il pas le risque de mettre en péril la carrière de se propres amis du parti ? Ne va-t-il pas rejoindre son prédécesseur qui avait carrément imaginé une astuce juridique, à savoir le principe du moratoire, face à la menace formulée par José MAKILA de rendre publique la liste de tous les élus et hauts responsables d’autres nationalités ? Ce faisant, il va probablement sauver les meubles d’autant plus que l’on est presqu’à la fin de la toute première législature de la troisième République. Wait and see…

F.M.

Leave a Reply