L’INSS confronté aux entreprises publiques locataires insolvables

inssL’Institut National de Sécurité Sociale (INSS) fait face actuellement au problème récurrent de l’occupation de ses immeubles par des locataires insolvables, au nombre desquels on compte plusieurs entreprises publiques. Cette situation désagréable a comme conséquence directe l’accumulation d’une forte ardoise d’arriérés de loyers non perçus.

            Des solutions doivent être trouvées dans les meilleurs délais si l’on veut que l’INSS puisse accroître ses ressources financières comme à une certaine époque, et soit en mesure de réaliser de nombreux projets sociaux. Cette importante recommandation a été faite, le lundi 14 avril 2014, dans la soirée, au Grand Hôtel Kinshasa, où les lampions se sont éteints sur les travaux d’évaluation des centres de gestion de l’Institut national de sécurité sociale (INSS) pour l’exercice2013.  Cette cérémonie de clôture a été présidée par le ministre Modeste Bahati Lukwebo de l’Emploi, Travail et Pré»voyance Sociale, en présence d’Agnès Mwad Nawej Katang, Dg a.i, des directeurs, des administrateurs ainsi que des agents de l’INSS.

            A l’issue des travaux, plusieurs recommandations ont été faites par les participants, dont entre autres, la transmission de rapports dans les délais requis, la réduction des délais de traitement de dossiers à un mois, diligenter au moins deux missions de contrôle, l’amélioration du taux de recouvrement des arriérés, l’informatisation de centres de gestions, le désengorgement le centre de gestion de Kisangani, l’expertise interne, la permutation des responsables de centres de gestion après quatre ans.

            Dans son mot  de clôture, Modeste Bahati a remercié le comité organisateur et évaluateur, se réjouissant de voir que l’INSS a atteint sa vitesse de croisière. Il a estimé pour cela que ses résultats doivent amener  cadres et agents de l’INSS, à plus de responsabilité.

            A la direction générale, le ministre Bahati a recommandé le respect de la politique de la mise à la retraite, tel qu’édictée par le gouvernement et la poursuite du processus de réhabilitation des immeubles sur l’ensemble du pays.

            Enfin, il a exhorté la direction générale à examiner la possibilité de créer des sous-représentations dans les provinces du Bas-Congo, Province Orientale et au Katanga.

            Pour sa part, Agnès Mwad a indiqué que les sessions d’évaluation du second semestre 2013 ont eu pour objet de fournir de leçons aux centres de gestion, afin de les améliorer davantage en performances et en résultats.

La DG ai de l’INSS a souligné que ces travaux ont comme but d’imprimer une nouvelle dynamique et de bâtir un système de confiance. Elle a déclaré que les nombreuses recommandations feront l’objet d’une attention soutenue, car à travers elle, l’INSS s’est doté d’un instrument qui lui permet de consolider les acquis à terme échus de prestations sociales.

Agnès Mwad a toutefois reconnu que les nombreux défis étaient non seulement réels, mais aussi énormes. D’où, elle a promis que la direction générale s’efforcera de veiller aux objectifs assignés par une bonne application de textes légaux.

            Elle a tout de même avoué que l’atteinte de résultats passe par le recouvrement des cotisations sociales, le respect des services et la responsabilisation du personnel.

            La DG ai a saisi cette occasion pour appeler les cadres et agents de l’INSS au respect et à l’éthique des normes, ainsi qu’à l’abandon de mauvaises pratiques, telles que le bradage des reliquats, la pratique de consommations à la source, le détournement de frais de fonctionnement destinés à l’entreprise, l’abus de biens sociaux.

Elle a réitéré sa gratitude à la tutelle pour son accompagnement.

Melba Muzola

Leave a Reply