Limete sous l’emprise des prostituées

Après avoir acquis une triste réputation au quartier Paka Djuma, transformé depuis des années en Sodome et Gomorhe, les prostituées viennent de jeter leur dévolu sur la « Place commerciale », côté industriel. Dès 18 heures, elles se positionnent au niveau des arbres compris entre le boulevard Lumumba et le petit boulevard, entre la 4me et la 8me Rue.

Elles proposent leurs charmes à leurs « clients » à des prix défiant toute concurrence, soit 500 FC la « passe ». Les ébats amoureux se déroulent en plein air ou dans des baraques de fortune, avec la complicité de l’obscurité.

Quelquefois, des policiers en patrouilles arrêtent des « couples » occasionnels en flagrant délit, mais finissent par les relachent, moyennant un petit pourboire. Cette impunité encourage les professionnelles du sexe à s’installer dans la durée, au point d’indisposer les familles du secteur, qui craignent que leurs filles et garçons ne fassent les frais de cette dépravation des mœurs.

                                               Theresia Lissala Ntando (stg/ Ifasic)

Leave a Reply