L’exploitation de l’espace aérien congolais au centre d’une formation à la FEC

Du lundi 23 au vendredi 27 septembre s’est tenu à la FEC une formation  portant sur  l’amélioration de l’exploitation de l’espace aérien congolais, sous les auspices du comité professionnel des transporteurs aériens que préside Jean Marc Pajot DG de la société flyCAA.

Demandée à l’autorité de l’aviation civile de la RDC par les instances internationales de l’aviation civile notamment l’OACI et l’IATA qui ont eu à critiquer notre pays sous l’aspect de la résolution de l’amélioration de l’exploitation de l’espace aérien congolais, cette formation s’inscrit résolument dans la logique de la sortie de notre pays le Congo de la liste noire de l’Union Européenne.  Elle doit permettre à la RDC de convaincre l’OACI qu’elle cherche les voies et moyens en vue de résoudre les différents problèmes qui  lui sont reprochés.

A court terme, elle avait pour but de mettre en place une plate-forme de dialogue et de sensibilisation sur  la séparation des avions dans le ciel au-dessus de la RDC,  l’optimisation du  trafic et l’augmentation de la sécurité.

Assurée par le Commandant Soumaiel Dallel, expert de l’IATA et vice-président de la Fédération Internationale des pilotes des lignes qui était assisté  par Jean Marc Pajot, cette formation a permis de réunir autour d’une même table les représentants de l’AAC, de la RVA, des compagnies aériennes, des FARDC (Forces aériennes) et de la FEC.

Ainsi, les inspecteurs de supervision, les contrôleurs aériens, les pilotes des lignes, les responsables de la navigabilité de l’AAC, bref tous les acteurs qui exploitent cet environnement ont été concernés.

Interrogé à l’issue de ladite formation, l’instructeur principal, le tunisien Soumaiel Dallel, expert de l’IATA a reconnu qu’il y a encore beaucoup à faire en RDC et  cela implique un effort collectif soutenu en vue de promouvoir le plus haut niveau de sécurité dans l’aviation secteur où la marge d’erreur est très faible et les conséquences très graves.

Leave a Reply