Les Usa croient en la maturité politique de Congolais

La tradition a été respectée hier, jeudi 11 août au centre culturel américain de Kinshasa où Marc Dillard, porte-parole de cette mission diplomatique, a conféré avec les médias pour donner la vision de son pays sur de questions brûlantes de l’heure. Entre autres questions, le diplomate  a  partagé avec la presse autour du processus électoral  en cours ainsi que de la crise humanitaire qui sévit dans la corne de l’Afrique.
Du processus électoral, Marc Dillard est revenu sur le sens du satisfécit adressé à la Commission électorale nationale indépendante par le Sous-secrétaire d’Etat  américain aux affaires africaine  sur la clôture de la révision du fichier électoral qui a fait des vagues dans les rangs de l’opposition politique et qui  l’a fait sortir de ses gongs en protestant énergiquement à travers une déclaration qui invitait les Usa à la neutralité.

En effet, loin de vouloir s’inviter dans les débats internes, a indiqué le diplomate américain, les Usa à travers cette déclaration ont voulu féliciter la Ceni pour avoir bouclé cette première étape significative du processus électoral avec succès. Ce,  malgré les énormes défis  auxquels elle a fait face et a réussi à surmonter, notamment, l’immensité  du territoire mais aussi de défis logistique.  Toutefois, il a réitéré encore une fois de que les Usa demeurent   vigilants.

Balayant le pessimisme ambiant  en circulation dans la communauté internationale présentant les Congolais comme  incapables d’organiser des élections crédibles  qui les poussent à requérir une certification internationale de résultats, l’ambassadeur américain en poste à Kinshasa,  James Entwistle, a lors d’une sortie le 9 août dernier à Washington  rassuré tout le monde. « Je ne suis nullement de cet avis. Nous devons en revanche aider ces Congolais courageux et dévoués à obtenir la formation, les ressources et le matériel dont ils ont besoin pour s’acquitter eux-mêmes de cette tache ».

 

Pour lui, les Congolais amélioraient leurs capacités d’organiser leurs élections. Quoi de plus normal que l’appui de la communauté internationale soit cette fois-ci moins important que lors des élections post-conflit de 2006. Car, a-t-il mis en garde, si le prochain scrutin exigeait le même niveau d’appui de la communauté internationale, il s’agirait d’un échec   et signifierait que la communauté internationale n’aurait pas accompli sa mission d’aider la Rd Congo d’aller de l’avant et de se redresser. Les observateurs électoraux congolais, a-t-il indiqué, offriront la meilleure et la plus réelle indication qui soit que les résultats représentent a adéquatement les votes exprimés.

Quant au processus proprement dit, le diplomate américain a confié que la transparence et une campagne électorale ouverte et juste étaient impératives, en vue d’élections crédible, cela  avec le souhait de voir tous les acteurs signer le code de bonne conduite.
Ainsi, le comportement des candidats perdants qui accepteraient l’échec et s’engageraient  à appuyer le vainqueur dans l’intérêt général du pays,  serait un facteur clé du développement de la démocratie.  » Si c’est ce qui se produit, il s’agira à mon avis d’un indicateur crucial et des mieux accueillis  du fait que la démocratie s’enracine en Rd Congo « , a-t-il reconnu.

Face à la catastrophe humanitaire et humaine  qui menace 12.4 millions d’être humains  en cours dans la corne de l’Afrique, Marc Dillard  a affirmé que son pays participe à cet effort à hauteur de 565 millions de dollars. Cette aide, selon le diplomate américain vise notamment l’assistance humanitaire aux réfugiés, personnes déplacées et d’autres populations touchées par la sécheresse. Les Usa travaillent aussi à la mise en œuvre de mesures plus générales,  telles que l’initiative alimentaire pour l’avenir lancée par le président Obama.

A.Vungbo

Leave a Reply