Les tirs des casques bleus sur le M23 ont un but dissuasif

La population congolaise ne cesse de s’interroger sur l’apport exact de la Monusco aux Forces armées de la RD Congo (FARDC) dans les combats à l’Est du pays.
Selon le porte-parole militaire intérimaire de la Monusco, Thibaut De Lacoste, les tirs avec les hélicoptères à Rutshuru le mardi 24 juillet 2012, avaient pour but de dissuader les éléments de M 23 d’avancer et de mener leurs actions. Il a expliqué que la Monusco n’apporte pas d’appui aux FARDC, sa mission est de les soutenir, c’est-à-dire d’apporter un appui indirect, surtout sur le plan de la logistique. 

 Quant à la situation sécuritaire au Nord-Kivu, le porte-parole militaire a déclaré qu’elle est tendue suite à la menace que représente toujours le M23 dans le territoire de Rutshuru, mais aussi à cause d’activités des groupes armés dans les territoires de Masisi, Walikale, Lubero et Beni. 
 Hier, bien avant le début de la conférence de  presse de la Monusco, le M23 venait de lancer une nouvelle attaque autour de Rutshuru à laquelle se sont opposées les FARDC, a dit le porte- militaire. Il a signalé que les unités de la brigade du Nord-Kivu de la Monusco assuraient la protection des civils dans la ville en imposant leur présence avec tous les moyens disponibles, s’exposant parfois à des tirs directs des combattants du M23.


 Selon la même source, les FARDC ont poursuivi depuis la semaine dernière le renforcement de leurs unités avec le soutien de la Force de la Monusco dans le cadre de l’opération « Flanc renforcé ». Des troupes nombreuses sont toujours déployées dans le périmètre de Goma, et le resteront aussi longtemps que nécessaire pour prévenir toute attaque  du M23 contre la ville et assurer la protection des populations civiles.
 De son coté, la Brigade du Nord-Kivu de la Monusco ne croise pas les bras. A en croire le porte-parole militaire de la mission onusienne, elle mène quotidiennement des patrouilles terrestres et aériennes pour suivre de plus près la situation dans la zone en surveillant les éléments disséminés du M23. Le 17 juillet 2012 par exemple, huit hélicoptères de la Force ont conduit une importante mission aérienne de reconnaissance à l’Ouest de l’axe Kibumba-Kiwanja, et autour de Sake, de Kilolirwe et du parc national de Virunga. Des unites motorisées de la Force  onusienne ont encore mené des patrouilles régulières dans et autour des villes de Goma, Kibumba, Rugari, Katale, Rumangabo, Kiwanja, Burai, ainsi que de nombreuses autres localités.
 Selon le porte-parole militaire, plusieurs cas d’arrestation et travail forcé par les rebelles du M23 ont été rapportés, notamment des jeunes porteurs. Et un groupe d’environ cent personnes composé majoritairement des jeunes s’est placé sous la protection du poste opérationnel de la Force onusienne de Rugari, puis a été regroupé dans l’enceinte sécurisée de l’école primaire.


BANNY MAYIFUILA

Leave a Reply