Les raisons d’une délocalisation

 En complément à sa pétition contre l’organisation du Sommet de la Francophonie à Kinshasa, en circulation depuis plusieurs semaines, l’UDPS a déposé hier mercredi 25 juillet 2012, à l’ambassade de France, un mémorandum à l’attention de la vice-ministre française en charge de la Francophonie, présentement en séjour dans la capitale. Signer par son Secrétaire général intérimaire, Bruno Mavungu Puati, cette pétition rappelle les mobiles sur lesquels il s’appuie pour exiger la délocalisation de l’événement.

 Il s’agit de mêmes raisons que celles ayant amené l’espace francophone à annuler le rendez-vous de Kinshasa en 1992, à savoir le « déficit de démocratie et les violations des droits de l’homme ». L’UDPS relève « qu’à ce jour, la démocratie est bafouée en République Démocratique du Congo et que les violations des droits de l’homme sont érigées en système de gouvernement et sont devenues une méthode pour traumatiser la population, afin de se maintenir au pouvoir ».
 Selon ce parti, « tous les rapports des observateurs électoraux nationaux et internationaux donnent pour non crédibles, les résultats des élections de 28 novembre 2011 ». Par conséquent, pour les sociétaires de la 12 Rue Limete, la présence du président français François Hollande à Kinshasa serait perçue comme la légitimation du régime en place.
 Le mémo de l’UDPS relève que de graves menaces continuent de peser sur la démocratie en RDC : fermeture et plasticages des maisons de presse, arrestations arbitraires et assassinats des journalistes et des activistes des droits de l’homme, confiscation des médias d’Etat, répression violente des réunions et manifestations publiques pacifiques, impunité des criminels ; instrumentalisation de la CENI et de la Cour Suprême de Justice.
 Au chapitre des violations des droits de l’homme, le document épingle le massacre des fidèles de la secte Bundu dia Kongo, les assassinats de Floribert Chebeya et Fidèle Bazana, l’assignation à résidence d’Etienne Tshisekedi, la répression de la marche des chrétiens catholiques et la profanation de leurs lieux de culte le 16 février 2012.
 

Kimp

Leave a Reply