Les membres du REFEC se mobilisent contre la discrimination de la femme

Les membres du Réseau des Femmes d’Entreprise du Congo (Refec) haussent leurs voix pour barrer la route à toute forme de discrimination de la femme en République Démocratique du Congo. EIles l’ont fait savoir à l’occasion du rassemblement organisé par ce réseau le vendredi 28 mars à Kinshasa. Le Salon Rouge du ministère des Affaires étrangères a servi de cadre à l’organisation de ce rassemblement marquant la clôture officielle du mois de la femme.

Cette réunion des femmes d’Entreprise du Congo était placé sous le thème «ensemble contre la guerre et la violence faite aux femmes et aux filles, en consolidant la paix et la justice pour le développement de la RDC».

            En organisant ce rassemblement, les membres du Refec, appuyées par le gouvernement central, ont prouvé à la face du monde «leur détermination et engagement pour la défense de leurs droits et la valorisation de la gent féminine». Les assises se sont terminées sur une note d’espoir, à la satisfaction de tous les membres du réseau.

            Dans son mot de circonstance, la coordinatrice générale du REFEC, Berthe Akatshi Osako, a dressé un tableau sombre de l’application du quota de 30 % réservé aux femmes dans des postes de commandement au sein des entreprises et établissements publics. Selon quelques statistiques présentées à cette occasion, les proportions de la femme dans les postes de commandement ne sont pas représentatives. «En dépit de tous les efforts fournis jusqu’à ce jour dans ce domaine, le fossé est encore énorme entre les hommes et les femmes. Cette situation inquiétante ne peut laisser indifférentes les femmes des entreprises du Congo», a dénoncé Berthe Akatshi.

            A la Congolaise des Voies Maritimes, l’on ne compte que quatre femmes sur les 61 directeurs que compte l’entreprise. La Régie des Voies Aériennes quant à elle, regorge 28 directeurs dont deux femmes et vingt six hommes. La liste n’est pas exhaustive.

            L’interprétation des statistiques présentées ci-haut a poussé le Refec à affirmer que l’application du genre en milieu professionnel congolais pose encore problème.

            Tout compte fait, le REFEC a noté que l’essentiel des postes à tous les niveaux en RDC sont encore détenus par les hommes. Pour faire face à cette situation, le Refec a demandé aux femmes congolaises en général et celles des entreprises en particulier, de ne pas verser dans des pleurs, plaintes et polémiques. Le Réseau des Femmes d’Entreprises du Congo appelle ainsi les femmes à se lever pour affronter cette réalité en face. «Nous devons surmonter le complexe et briser le tabou, même celui des domaines qui étaient jadis réservés uniquement aux hommes, pour montrer à la face du monde ce de quoi nous sommes capables», a suggéré la coordonatrice du Refec.

            Compte tenu de certaines réalités sur le terrain, les Femmes des Entreprises du Congo ont été invitées à cultiver l’esprit d’initiative. «Nous devons accroitre nos capacités par des formations continues, pour une meilleure adaptation aux nouvelles technologies».

            L’un des critères qui peuvent militer en notre faveur afin d’enrayer le prétexte de la sous qualification et du manque de compétences requises», a indiqué Berthe Akatshi.

Le REFEC souhaite qu’en RDC, les femmes puissent occuper effectivement 30 % des postes de responsabilité tel que soutenu par le président de la République.

            Le Réseau des Femmes d’Entreprises du Congo (REFEC) a été créé le 12 octobre 2003. Parmi ses objectifs, on signale la promotion de la femme et de l’équilibre homme-femme au sein de l’entreprise. Il milite également pour la reconnaissance des compétences et la méritocratie de la femme. Pendant dix ans, ce réseau continue de militer pour la dignité de la gent féminine et ce, par le renforcement des capacités de la femme de l’entreprise à travers des formations diverses.

 Yves Kadima

Leave a Reply