Les leaders PVV en formation sur le plaidoyer

Les cadres de l’Union congolaise des organisations des personnes vivant avec le Vih, (UCOP plus), sont en formation sur le plaidoyer depuis le 26 avril  au quartier Sans fil, dans la commune de Mont-Ngafula. Atelier prévu pour quatre jours sous le thème « Rien pour nous sans nos droits, y compris les ARV », ce forum donne une opportunité aux leaders de l’UCOP+ d’améliorer le niveau d’information et d’éducation sur le plaidoyer.

En effet, durant cet atelier, les leaders PVV partagent des expériences sur les récentes activités de plaidoyer sur les droits des PVV. Ils examinent également et s’approprient le plan de plaidoyer de la SADC, tout en dégageant les priorités et en élaborant un plan de plaidoyer UCOP+. «Nous espérons ainsi aider les leaders PVV à apprendre par l’action et les expériences de ses principaux partenaires pour le droit des personnes vivant avec les Vih des soins de qualité améliorés et compréhensifs » a fait savoir Erik Ngoie, le chargé de planification et de plaidoyer.

Des représentants de différentes provinces sont venus également participer à cet atelier. Chaque province a apporté son expérience et fait rapport des actions de plaidoyer précédent. Certaines provinces souvent butées au problème de ravitaillement  en ARV. Joseph Nkubu, président provincial de l’UCOP+ Bandundu, affirme que, grâce aux actions de plaidoyer menées dans sa province, les PVV de la ville de Kikwit ont bénéficié d’une exemption sur la taxe de l’Etat, les activités de génération des revenus (AGR). « Suite à l’exonération de prix de taxe, les Pvv de la province du Bandundu étaient souvent tracassés par les agents de la DGM pour le payement des impôts et des taxes » a-t-il dit. « Nous attendons l’arrêté du gouverneur pour que cette exemption soit accordée à toutes les pvv de la province », a-t-il ajouté.

S’agissant des conditions de santé, le président de l’UCOP+/Bandundu a fait savoir que les ARV sont absents dans les zones rurales éloignées. Sur 52 zones de santé que compte sa province, seules trois zones sont alimentées en ARV. Il a également fait mention de problème de la nutrition. Un PVV sous traitement ARV et sous une bonne alimentation peut encore vivre longtemps. Les PVV s’intègrent petit à petit dans la société. Un appel est lancé à tous les PVV de lutter contre la stigmatisation et de rejoindre l’UCOP+ en sortant dans la clandestinité, argue Emany Kondji, le secrétaire exécutif de l’UCOP+/ Kikwit.

Pour la province du Maniema, la couverture en ARV n’est pas effective. Sur dix-huit zones, 7 seulement sont servies. Ces zones sont approvisionnées par MAP. La prise en charge en nutrition pose problème. « Nous menons le plaidoyer pour que les PVV bénéficient des vivres » explique Bavon MAvozi, Ucop+/Maniema. Avec l’appui du PNUD/Fonds Mondial, l’UCOP + renforce les connaissances et les compétences des leaders PVV sur les techniques de plaidoyer.

Soulignons qu’en RD Congo, selon les statistiques publiées par l’OMS en 2009, sur au moins 1.300 millions de personnes vivant avec le Vih dépistées, seulement 35 millions ont accès aux soins. Plus de 270 mille n’ont pas accès aux soins mais sont éligibles. De ce fait, il n’y a que 12 % de couverture.

Tshieke Bukasa

Leave a Reply