Les FARDC renforcent la prévention des violences sexuelles à Kinshasa

Le vendredi 02 septembre, un groupe d’environ 60 instituteurs, professeurs, leaders religieux et associations ainsi que des parents des familles des FARDC qui habitent au Camp Kokolo à Kinshasa étaient ciblés pendant une journée de sensibilisation contre les violences sexuelles et pour la protection des enfants. L’objectif visé était d’assurer la bonne connaissance de la loi sur les violences sexuelles de 2006 et de mieux comprendre les implications de ce type de crime, ainsi que vulgariser la loi sur la protection de l’enfant de 2009. La journée de sensibilisation était suivie d’une formation des médecins à la maternité de l’hôpital militaire de Camp Kokolo pour renforcer la prise en charge des victimes de ces infractions. L’activité était organisée par la Direction Générale du Service de Santé (DGSS) sur instruction du Ministère de la Défense Nationale et des Anciens Combattants (MDNAC) avec l’appui de EUSEC RD Congo, la mission de conseil et d’assistance de l’Union Européenne en matière de réforme du secteur de la sécurité en RDC dans le domaine de la défense.

La prévention est essentielle : des violences documentées indiquent que des Kinois sont aussi soit des victimes, soit des proches des victimes, de viol, des harcèlements sexuels et d’autres infractions sexuelles. Ainsi ce phénomène est un sérieux problème qui concerne tout le pays, même la ville province de Kinshasa, et non pas seulement la partie Est de la République dont la situation est mieux connue. Au Camp Kokolo, spécifiquement, 9.000 familles des militaires FARDC sont logées. Le nombre des femmes en âge de procréer monte jusqu’à 12.000. Du point de vue des besoins médicaux particuliers concernant la population féminine du Camp Kokolo, il y a aussi des problèmes d’ordre de santé sexuelle, c’est à dire des complications obstétriques, des infections sexuellement transmissibles et aussi, parfois, des traumatismes tant physiques que psychologiques causés par des violences sexuelles.

La sensibilisation profite de l’expertise du Service d’Education Civique et Patriotique (SECP) des FARDC. La section VIH de la MONUSCO fournit de la compétence médicale pour les médecins spécialisés dans la maternité. La sensibilisation et la formation complètent un projet appuyé par EUSEC RD Congo pour réhabiliter le département de maternité de l’hôpital militaire du Camp Kokolo et élargir avec une annexe entamé en janvier 2011 par financement de la République Tchèque. L’activité est basée sur le mandat de la mission EUSEC pour améliorer les conditions de vie des dépendants des militaires FARDC et d’assurer la prise en charge des victimes de violences sexuelles, et se conforme à la Stratégie nationale de la lutte contre les violences basées sur le genre lancée en 2009.

Leave a Reply