Les Etats s’engagent pour la fin de l’extraversion alimentaire

 En prélude à la JASAN (journée africaine de la sécurité alimentaire et nutritionnelle) qui va être commémorée ce lundi 03 novembre 2014, le gouvernement de la République Démocratique du Congo en collaboration avec l’Union Africaine, l’Union Européenne, la FAO ainsi que les agences partenaires ont organisé le dimanche 02novembre 2014 au Kempiski Hôtel Fleuve Congo un Symposium sur les régimes alimentaires africains indigènes durables pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

            Ce symposium s’est penché sur plusieurs volets entre autres :

Discuter des opportunités et des défis potentiels pour garantir un apport alimentaire durable en Afrique, de la nécessité d’effectuer des recherches et de la méthodologie envisageable à propos de la contribution alimentaire traditionnels à la sécurité nutritionnelle des familles et des personnes en Afrique, réfléchir sur la manière d’intégrer les chaines de valeurs et moyens potentiels des espèces dans les politiques agricoles à tous les niveaux, et faire le point sur les initiatives en cours, …

            C’est le ministre J.C Vahamwhiti de l’Agriculture, qui a présidé l’ouverture de ce symposium, en présence de l’Ambassadeur de l’Union Européenne en RDC J.michel,du docteur Moustapha Kaloko Commissaire de l’UA chargé des affaires sociales ainsi que de madame Tumusine Rhoda, peace Commissaire de l’UA chargée de l’économie,de l’agriculture et du domaine rural.

Dans son mot, JC. Vahamwhiti a relevé que cette rencontre revêt un caractère important pour l’Afrique entière, où les hommes se contentent d’une alimentation quantitative en lieu et place d’une alimentation qualitative.

            Il a indiqué que des chiffres alarmants sont enregistrés sur la sécurité alimentaire en RDC car deux millions d’enfants continuent à souffrir de la malnutrition et six millions de retard de croissance.

            Le ministre Vahamwhiti a énuméré quelques initiatives mises en place par le gouvernement pour remédier à cette situation, telles que le financement des campagnes agricoles, la relance de la firme Daipn ainsi que le parc agro-industriel de Bukanga Lonzo.

            Il a émis le vœu que ce symposium soit un lieu de réflexion enrichissant pour mettre fin à l’extraversion alimentaire dans nos assiettes et prendre une nouvelle conscience de nos mets traditionnels.

            Pour sa part, l’Ambassadeur de l’UE a souligné que son institution accorde une grande importance à l’agriculture car celle-ci représente un acteur de premier plan dans la lutte contre la malnutrition. Et d’indiquer que ce symposium est lié à deux des trois objectifs du plan d’action 2014-2015 qui sont : l’intensification des actions et le renforcement des capacités et de l’expertise.

Melba Muzola

Leave a Reply