Les Etats africains pressés de ratifier la Charte de la renaissance culturelle

Les rideaux de la deuxième réunion du Bureau de la Quatrième conférence de ministres de cultures de l’Union Africaine sont tombés hier mercredi 18 juin 2014, après deux jours de travaux au Salon Kasaï du Grand-Hôtel Kinshasa. Cette réunion était organisée dans le but de faire l’inventaire de toutes les activités de coopération entre les Etats d’Afrique, d’examiner les rapports de ceux-ci avec l’Union Européenne et enfin, d’accélérer la ratification de la charte de la Renaissance culturelle Africaine, une des principales recommandations de la Quatrième conférence des ministres de la Cultures de l’Union Africaine(CAMC4) tenue à Kinshasa.

Ces assises de deux jours ont connu la participation des experts de la RDC, de l’Union Africaine et des pays membres du bureau de la CAMC4, à savoir : le Togo, le Mozambique, la République Sud-Africaine, l’Ethiopie, l’Algérie.

Cette rencontre du Bureau a été conjointement  présidée par le Docteur Mustapha Sidiki Kalolo, commissaire aux Affaires sociales de l’UA et  le Professeur Manda Tchebwa, directeur de cabinet au ministère de la Jeunesse, des Sports, de la Culture et des Arts, représentant le ministre Baudouin Banza Mukalay Sungu en mission.

Prenant la parole pour circonscrire l’événement du jour, le commissaire aux Affaires Sociales de l’UA a souligné que l’objectif de cette session est de faire un inventaire des activités culturelles des années 2013,2014 et 2015. Docteur Mustapha Sidiki a ainsi annoncé que cette réunion de membres du bureau devrait permettre aux différents membres de réfléchir et de trouver des stratégies appropriées à l’intégration de l’agenda post culturel de l’Afrique 2063.

Ce dernier a ajouté que ces assises de deux jours sont importantes, dans la mesure où elles appellent  le plus grand nombre d’Etats à ratifier le plus vite possible la charte de la renaissance culturelle africaine. Elles permettent aussi de faire l’inventaire des rapports culturels existant entre l’Union africaine et l’Union Européenne, d’étudier de nouvelles stratégies encourageantes et enfin de mettre en place de techniques de sensibilisation et des plaidoyers appropriés.

Au nom du président en exercice de la CAM4, son directeur de cabinet a indiqué à l’assistance que le ministre a salué le travail les efforts  des experts de l’UA par rapport à la qualité de la documentation technique apprêtée pour ses assises.

L’ensemble de débats engagés devaient permettre de formuler des propositions concrètes et de pratiquer en faveur des ambitions du continent en rapport avec la jeunesse, la culture mais aussi les sports dans toutes leurs généralités. Baudouin Banza a révélé que l’Afrique qui rêve d’un lendemain meilleur ne pourra y parvenir si ses Etats n’optent pour une coopération sincère et solidaire. Et de souligner que l’Afrique a également besoin de se forger une vraie puissance culturelle, basée sur le respect mutuel de ses cultures mosaïques et valeurs morales.

Ce même discours a révélé que seule une volonté politique affirmée peut faire bouger les choses. D’où le but de ces assises visant la disponibilisation d’un canevas plus clair, porteur d’une ambition commune du développement du continent noir.

Melba Muzola

Leave a Reply